Conduire a coûté cher en 2010

  • A
  • A
Conduire a coûté cher en 2010
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les automobilistes ont souffert de l’envolée du prix du carburant et des pièces de rechange.

Les automobilistes l’auront remarqué, conduire coûte de plus en plus cher. L’étude annuelle de l’Automobile club sur le budget des automobilistes publiée jeudi en est une illustration. D’après l’étude, tout augmente, principalement le prix du carburant.

Ainsi, en 2010, le conducteur d’une Clio 3 a déboursé 5.744 euros, soit 2,4% de plus qu'en 2009, bien qu'il ait un peu moins roulé : 9.076 km au lieu de 9.163 km. A kilométrage constant, la hausse aurait même été de 3,4%. Le possesseur d'une Peugeot 308 HDI, a quant à lui vu son budget annuel progresser de 1,6% à 7.466 euros.

L’entretien coûte cher

L’an dernier, le gasoil a enregistré une hausse moyenne de 15%, et le prix du super a pris 11%. La carte crise et les contrats d’assurance ont également augmenté plus vite que l’inflation. A ces dépenses s’ajoutent quelquefois les contraventions, que l’Automobile club n’a pas listées.

Autre poste de dépenses qui pèse lourd : les pièces de rechange. L’Automobile club a pris les exemples d’une Clio 3 essence ou d’une Peugeot 308 HDI diesel. Quel que soit le modèle, les pièces de rechange et la main-d’œuvre ont pris entre 3 et 5%.

Pour les automobilistes, un sou est un sou

Alors, plus que jamais, l’automobiliste fait la chasse à la moindre économie, et ce, au risque de rouler plus dangereusement, avec des pièces de mauvaise qualité. De quoi inquiéter le président de l’Automobile club, Didier Bollecker. L’automobiliste, dit-il, a tendance à faire toute une série d’économies "qui ne sont pas forcément toutes heureuses".

Le conducteur achète "des pièces de rechange de moins bonne qualité, des pneumatiques incertains, à moindre adhérence, des plaquettes de frein à bas prix, mais dont l’efficacité au freinage va être moins bonne", analyse Didier Bollecker au micro d’Europe 1. "Il va abandonner les autoroutes à péage pour des routes nationales qui sont quatre fois moins sûres que les autoroutes", ajoute-t-il.

Un problème de sécurité routière

"Ce sont des petites économies, qui mises bout à bout, permettent à l’automobiliste de maintenir sa mobilité, mais qui vont au détriment de la sécurité routière", s’alarme le spécialiste.

Les automobilistes ont toutefois réduit leurs déplacements l’an dernier, mais rien n’y fait. La facture grimpe quand même. Les régions les plus chères sont dans le quart sud-est : Provence, Côte d’Azur, Rhône-Alpes et Languedoc-Roussillon.