Les fonctionnaires sont-ils bien traités sous Hollande ?

  • A
  • A
Les fonctionnaires sont-ils bien traités sous Hollande ?
@ ERIC CABANIS / AFP
Partagez sur :

En grève, les agents de la Fonction publique manifestent mardi pour obtenir une revalorisation salariale.

Opposition à la réforme du collège pour les enseignants, lutte contre la réforme du temps de travail dans les hôpitaux franciliens, baisse des effectifs pour les contrôleurs aériens, etc. : les raisons de la grève des fonctionnaires mardi sont multiples mais une revendication unit tous les corps de métier de la Fonction publique, la demande d’une hausse des rémunérations. Les syndicats à l’origine du mouvement soulignent d’ailleurs que les agents de la Fonction publique ont perdu entre "8 et 10%" de leur pouvoir d'achat depuis 2010. Mais quel est le sort des fonctionnaires depuis le début du mandat de François Hollande ? Zoom sur un secteur mis à la diète mais qui a bénéficié de compensations.

  • Côté pile : un point d’indice gelé depuis 2010

Si la question des rémunérations est devenue très sensible pour les 5,4 millions de fonctionnaires, c’est parce qu’ils n’ont bénéficié d’aucune augmentation salariale depuis 2010, date à laquelle le point d’indice a été gelé par Nicolas Sarkozy. Or c’est cet outil statistique qui sert à calculer la rémunération des fonctionnaires : si le point d’indice ne bouge pas, leur feuille de paie subit le même sort. Par chance, l’inflation ne cesse de reculer depuis 2012 et limite la perte de pouvoir d’achat des fonctionnaires, mais ces derniers n’en ressentent pas les effets puisqu’ils ont vu depuis le 1er janvier 2014 leur cotisation augmenter pour s’aligner progressivement sur le secteur privé.

Au final, seuls les fonctionnaires les moins bien payés, aux alentours du Smic, ont bénéficié d’un coup de pouce début 2015 : environ 440 euros nets de plus par an pour environ 1,6 million d’agents publics en catégorie C. Seuls 30% des fonctionnaires ont donc été augmentés depuis 2010.

  • Côté face : primes et suppression du jour de carence

Malgré une rémunération inchangée pour la majorité,  le chiffre de 8 à 10% de perte de pouvoir d’achat avancé par les syndicats doit être relativisé. Car en plus de leur traitement, les agents de la Fonction publique touchent aussi des primes et ces dernières sont de plus en plus importantes. Alors qu’elles représentaient 14% de la rémunération totale d’un agent en 1990, leur part est passée à 25,3% en 2006 puis à 30% en 2013, selon un rapport de la Cour des comptes qui dénonçait leur gestion.

Résultat, "malgré le gel du point d’indice depuis 2010, les agents ont continué à bénéficier en moyenne de gains de pouvoir d’achat, principalement grâce aux avancements individuels et au dynamisme des primes et indemnités", estimait la Cour des comptes en septembre 2015. Sans rentrer dans une bataille de chiffres sur "ces gains de pouvoir d’achat", ce recours aux primes a permis de limiter les effets du gel du point d’indice et de réserver aux fonctionnaires une évolution similaire à celle du secteur privé. Mais pas pour tout les fonctionnaires, puisque la Fonction publique d’Etat a été moins bien traitée que la Fonction publique territoriale et la Fonction publique hospitalière.

Les fonctionnaires ont en outre eu droit à un autre geste de François Hollande : le jour de carence instauré dans la Fonction publique a été supprimé en 2014. En clair, les fonctionnaires sont à nouveau payés dès le premier jour en cas d’arrêt maladie, et une étude a montré que l’absentéisme est reparti à la hausse dans la foulée. Sauf que ce geste a été perçu par beaucoup de fonctionnaires comme un juste retour à la normale et n’a pas calmé les demandes de revalorisation salariale.

  • Vers une "augmentation symbolique" en 2016

Hormis la suppression du jour de carence, les fonctionnaires n’ont donc pas été mieux traités financièrement sous François Hollande que sous Nicolas Sarkozy. Mais la situation va changer en fin de mandat. La réforme des carrières dans la Fonction publique va permettre aux agents de la fonction publique de gagner plus en début de carrière, en échange d’une progression de carrière plus lente.

Sans oublier le gel du point d’indice, qui devrait prendre fin cette année. "La marge de manœuvre sera très faible" mais "je souhaiterais une augmentation symbolique", a déclaré Marilyse Lebranchu mardi sur France 2. Le coup de pouce risque néanmoins d’être limité : "il n'y aura pas une grosse augmentation du point d'indice parce que nous sommes dans une situation difficile", a prévenu la ministre.

Des fonctionnaires moins bien payés que dans le privé ?

La question revient sans cesse : les fonctionnaires seraient moins bien payés que leurs homologues du privé. Ce qui est vrai et faux selon les situations, comme le souligne un rapport de la Cour des comptes : les moins qualifiés gagnent mieux leur vie dans le public tandis que les plus qualifiés ont, eux, intérêt à choisir le privé.

"Les salaires sont en moyenne plus attractifs dans la fonction publique pour les emplois moins qualifiés (en particulier pour la catégorie C de la FPE), alors qu’au contraire les cadres (y compris hors enseignants) ont des salaires nets moyens inférieurs à ceux du secteur privé", précisait ce rapport. " Une étude de l’INSEE parue en 2005 avait montré que les salaires du secteur public étaient plus favorables pour les femmes et les moins diplômés, et que la situation relative des salaires du secteur public par rapport au secteur privé était meilleure en période de conjoncture économique dégradée", poursuivait ce document.