Comment la SNCF se prépare pour l’Euro 2016

  • A
  • A
Comment la SNCF se prépare pour l’Euro 2016
@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

La SNCF s’attend à deux millions de voyageurs en plus

L’Euro, c’est dans moins de 3 semaines ! Les matches auront lieu dans dix villes en France. Des millions de supporters sont attendus, dans les stades ou les fans zone. Autant de personnes qui vont voyager, prendre le train pour venir en France, se déplacer de ville en ville pour suivre leurs équipes. La SNCF s’attend à deux millions de voyageurs en plus, et la compagnie a annoncé vendredi son dispositif spécial.

250 TGV supplémentaires. La priorité de la SNCF est de pouvoir transporter tous les supporters vers les stades : pour ça, la compagnie rajoute 250 TGV sur les rails entre le 10 juin et le 10 juillet. Des renforts sont également prévus en région, avec 200 TER supplémentaires, des TGV et des TER qui rouleront  jusqu’à 1 h du matin environ  dans les trains comme dans les gares. Par ailleurs, 200 vigiles supplémentaires vont être déployés avec des chiens pour détecter d’éventuels explosifs.

Supporters, attention à l’alcool ! Et sur certains trajets, les passagers seront filtrés avant l’embarquement, explique Frank Bernard en charge de l’organisation de l’euro à la SNCF : « nos agents de la sûreté vont procéder à ces opérations de filtrage pour s’assurer que les supporters sont bienveillants. Et s’ils sont dans un état d’ébriété un peu trop avancé, alors ils ne prendront pas le train. De même que s’ils viennent avec des canettes de bière ou autre, nous leur demanderons de les laisser sur le quai.

Et s’il y avait une grève ? Et pour limiter le risque de débordements, la SNCF a décidé d’interdire la vente d’alcool à bord de ses TGV. La compagnie a travaillé avec la division nationale de lutte contre le hooliganisme pour identifier les trajets dits "sensibles". Ce sont notamment ceux qu’emprunteront les supporters polonais, allemands, irlandais, anglais. La question maintenant c’est : est-ce que ces trains vont rouler ? Car les syndicats font toujours planer leur menace de grève pendant  la compétition