Combien les grands patrons ont-ils gagné ?

  • A
  • A
Combien les grands patrons ont-ils gagné ?
Malgré la crise, la rémunération des grands patrons du CAC 40, qui s'était déjà envolée en 2010, a continué à progresser légèrement en 2011, se maintenant à un niveau élevé par rapport aux autres pays européens, a indiqué mardi le cabinet Proxinvest. Ici, Maurice Levy en 2011.@ MAX PPP
Partagez sur :

Les patrons du CAC 40 ont encore vu leurs rémunérations augmenter en 2011.

L'info. La rémunération des patrons du CAC 40 n'est pas proportionnelle à la crise. Leurs revenus ont en effet encore augmenté de 4% en 2011, se situant à 4,2 millions d'euros en moyenne, selon une étude du cabinet Proxinvest. Ce chiffre, qui regroupe notamment le salaire fixe, les bonus, les actions gratuites, les options ou encore les indemnités de départ versées au dirigeant, représente près de dix fois le plafond imposé par le gouvernement à la rémunération des dirigeants des entreprises publiques.

>> À lire aussi, Louis Gallois : "mon salaire était incompréhensible"

>>> Outre le montant mirobolant de la rémunération moyenne, que retenir de cette étude?

Une rémunération qui ne reflète pas la conjoncture… Ce chiffre est en effet en décalage avec la baisse de 17%, sur la même période, de l'indice boursier parisien, qui reflète pourtant l'attractivité des entreprises françaises et donc, leur état de santé.

…et manque de transparence. De manière générale, "la politique de rémunération des grandes sociétés françaises manque de transparence et est beaucoup trop court-termiste. Il faut absolument étudier la performance d'un dirigeant sur au moins trois années pleines", note le cabinet Proxinvest, spécialisé dans la gouvernance des entreprises.

Une hausse moindre qu'en  2010 mais... Entre 2009 et 2010, les patrons du CAC 40 avaient en effet déjà vu leur salaire augmenter en moyenne de 33%.

... toujours un niveau de "crise". La rémunération moyenne d'un patron du CAC 40 reste toutefois loin de son niveau d'avant crise. La moyenne observée était en effet de 5,7 millions en 2006 et de 4,7 millions en 2007.

La France bien placée en Europe. L’Hexagone se situe à la sixième place en Europe derrière le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Espagne, la Suisse et l'Italie. Quatorze dirigeants français ont dépassé en 2011 un plafond établi par Proxinvest de 240 Smic annuel soit actuellement 4,6 millions d'euros.

Un chiffre qui doit beaucoup à Maurice Levy. Le patron de Publicis a en effet été l'année dernière le mieux payé (19,6 millions d'euros), grâce notamment au versement anticipé de plusieurs bonus, dont un exorbitant de 16,2 millions d’euros perçu au printemps. Il est suivi par Carlos Ghosn (Renault, 13,3 millions d'euros), Bernard Charlès (Dassault Systèmes, 10,9 millions), le patron de LVMH Bernard Arnault (10,8 millions d'euros) et Jean-Paul Agon (L'Oréal, 7,7 millions).

Renault a toutefois tenu à apporter une précision sur la rémunération de Carlos Ghosn. "La rémunération de M. Ghosn, au titre de PDG de Renault, est de 2,8 millions d'euros. Mais le reste vient de Nissan qui, Renault tient à le rappeler, n'appartient pas au CAC 40", indique le constructeur.

De l'inégalité entre les dirigeants. Tous les grands patrons français ne sont pas logés à la même enseigne. En moyenne un dirigeant du SBF 80 (peloton des 80 entreprises qui suit les 40 plus grandes capitalisations boursières) est deux fois moins rémunéré qu'un dirigeant du CAC 40 avec 2,06 millions d'euros (contre 2,1 en 2010).