Climat des affaires : la France 38e, en recul

  • A
  • A
Climat des affaires : la France 38e, en recul
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le classement publié mardi par la Banque mondiale, et contesté par la Chine, est dominé par Singapour.

La France a reculé au 38e rang mondial du classement 2014 sur l'environnement des affaires publié lundi à Washington par la Banque mondiale et dominé une nouvelle fois par Singapour. Intitulé "Doing Business" ("Faire des affaires"), ce rapport passe au crible le cadre réglementaire s'appliquant aux PME dans 189 pays, en évaluant notamment dans quelles conditions elles peuvent lancer leur activité, avoir accès à l'électricité et au crédit, ou payer leurs impôts. Comme c'est le cas depuis l'édition 2007, Singapour occupe la première place du classement, suivis par Hong Kong, la Nouvelle-Zélande, les Etats-Unis et le Danemark. Ce "top 5" est inchangé par rapport à l'année dernière.

Le classement auquel il aboutit a suscité l'an dernier une vive controverse, la Chine contestant son rang dans le rapport 2013 (91e) et appelant à sa suppression. La Banque mondiale a toutefois décidé de le conserver, au risque de froisser davantage Pékin qui occupe désormais la 96e position. La Banque mondiale tient toutefois à préciser que son rapport n'a pas vocation à refléter l'attractivité d'un pays ou le dynamisme de son économie. "Ce n'est qu'un aperçu limité d'un des aspects de la compétitivité", a assuré Augusto Lopez-Claros, directeur des indicateurs mondiaux de l'institution.

En un an, la France recule du 34e au 38e rang et reste notamment distancée par l'Allemagne (21e) et par le Portugal (31e), pourtant placé sous assistance financière internationale. Selon la Banque mondiale, l'Hexagone est notamment à la traîne sur les procédures d'enregistrement des propriétés immobilières et les permis de construire, mais reste très performant dans le règlement des contentieux commerciaux.