Cigarettes : +40 centimes par paquet

  • A
  • A
Cigarettes : +40 centimes par paquet
Les prix des paquets de cigarettes augmenteront de 40 centimes le 1er octobre, soit une hausse supérieure à 6%@ MAXPPP
Partagez sur :

La hausse du 1er octobre, annoncée par le ministre du Budget, est la plus forte depuis 2004.

C'est officiel : fumer va encore coûter plus cher à partir du mois prochain. Les prix des paquets de cigarettes augmenteront de 40 centimes le 1er octobre, soit une hausse supérieure à 6%, a annoncé vendredi le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac. Cela portera les paquets les moins chers à 6,10 euros l'unité et les plus chers à 6,60 euros.

Le ministre rappelle, dans un communiqué, qu'il avait annoncé en juin une augmentation de 6%, "prolongeant les hausses régulières opérées en 2009, 2010 et 2011". Mais c'est la première année où ces 6% se traduisent, une fois arrondis, en 40 centimes par paquet, et non 30. Cette revalorisation est donc la plus forte depuis 2003/2004, période ou plusieurs augmentations successives, décidées au nom de la politique de santé publique, s'étaient traduites par un renchérissement du paquet d'environ 40%.

66.000 morts par an en France

L'augmentation "respecte la démarche de hausses progressives et modérées inscrites dans le contrat d'avenir conclu entre l’État et les buralistes", assure le ministère du Budget. "La hausse des prix est considérée par les spécialistes comme le moyen le plus efficace pour réduire la consommation de tabac, en particulier chez les jeunes. Cette politique de santé publique est donc poursuivie", se défend Jérôme Cahuzac.

Les associations anti-tabac estiment cependant que seule une hausse de 10% a un effet sur la consommation. Les buralistes, eux, s’inquiètent d'une hausse des prix qui risquent de fragiliser le secteur et favoriser la contrefaçon et les buralistes étrangers.

Le tabac est à l'origine de 66.000 morts par an en France. Il est aussi source de revenus pour les finances publiques puisque les taxes et la TVA ont rapporté 13,8 milliards d'euros à l’État en 2011.