Ciel gris pour le lancement des soldes

  • A
  • A
Ciel gris pour le lancement des soldes
Les Français devraient dépenser moins pour les soldes d'hiver.
Partagez sur :

ENQUETE - Les soldes d’hiver 2012 s’annoncent maussades pour les commerçants.

Budget des ménages en baisse et multiplication des promotions tout au long de l'année : les soldes d’hiver sont lancés mercredi dans un climat plus que morose. Crise oblige, les Français seront en effet un peu moins nombreux à se ruer dans les magasins : ils sont 76% à prévoir de faire les soldes, contre 85% l’an dernier. Ils seront également moins dépensiers, avec un budget moyen de 244 euros, en baisse de 7 euros par rapport à 2011, d’après un sondage Ipsos commandé par le Conseil national des centres commerciaux.

Et 11% des Français pourraient même renoncer aux soldes, faute de budget, note un sondage Ifop pour le site Spartoo.com. En clair, "on anticipe que les Français vont plutôt surveiller leur portefeuille", résume Pascale Hébel, directrice du département consommation au Crédoc.

Des stocks importants

Ce qui n’arrange pas les commerçants, qui cherchent à se débarrasser de stocks importants, particulièrement dans le secteur textile. Franck Delpal, économiste à l’Institut français de la mode, a ainsi expliqué à Europe 1 que les distributeurs avaient passé leurs commandes en début d’année, au moment où la conjoncture économique était plutôt faste. Mais au mois d’août, les ventes ont brusquement décroché, chutant de 6% au niveau national.

Sans oublier que l’hiver très doux n’a pas incité les clients à se jeter sur les manteaux et les pulls. Pour écouler ces invendus, les prix seront donc très attractifs dès la première démarque. Dans un magasin de prêt-à-porter de Toulouse, une vendeuse a confié à Europe 1 qu’il fallait s’attendre à "de très grosses promotions au niveau des grosses pièces comme les manteaux, les pulls", avec des rabais jusqu’à – 70% dès la première démarque, "parce qu’il y a beaucoup de déstockage à faire".

Les soldes ne sont plus un rituel

Mais la crise et la météo ne sont pas les seuls à blâmer, car les soldes font aujourd’hui moins figure de rituel qu’il y a quelques années. Avec des grandes enseignes proposant des dizaines de collections par an, le concept de soldes deux fois par an perd de son sens. "Les soldes saisonniers, ça n’est plus la panacée", note Yvon Merlière, directeur général au Crédoc, pour qui tout est une question d’opposition entre grandes enseignes et petits commerces.

Aujourd’hui, les magasins proposent de plus en plus de promotions toute l’année, multipliant les opérations promotionnelles, les ventes privées et les pré-soldes. Depuis 2009, la loi de modernisation de l’économie a en effet assoupli le régime des promotions : les commerçants ont droit à deux semaines de soldes flottants dans l’année, à la période de leur choix, en plus des soldes traditionnels. De quoi faire oublier aux consommateurs la grand-messe des soldes.