Christine Pujol campe encore

  • A
  • A
Christine Pujol campe encore
@ MAXPPP
Partagez sur :

5e jour de mobilisation pour la présidente de l'Umih, alors que des élections sont organisées lundi.

"Une plainte pour harcèlement a été déposée - vendredi 12 mars 2010 -", rapporte un communiqué de Christine Pujol. La présidente contestée du plus puissant syndicat de l'hôtellerie-restauration dénonce les "agissements intolérables dont elle a fait l'objet dans son propre bureau", où elle est recluse depuis le milieu de la semaine dernière.

Présidente en titre de l’Umih, Christine Pujol avait été destituée en novembre lors d'une assemblée générale extraordinaire convoquée par ses détracteurs, conduits par André Daguin. Pour protester contre cette situation, elle a pénétré de force mercredi dans son bureau au siège du syndicat, auquel elle n'avait plus accès depuis trois mois.

Le démenti de la nouvelle direction

L'avocat de la nouvelle direction de l'Umih réfute tout "harcèlement" vis-à-vis de Christine Pujol ou sa collaboratrice. Il a rappelé que les deux femmes "s'autoséquestrent" puisqu'elles restent "entièrement libres à tout moment de quitter le siège de l'Umih". Pour l'avocat, cette plainte participe de la stratégie de Christine Pujol de "faire parler d'elle et de se poser comme victime".

Jour d'élection

Lundi, des élections devaient être organisées à 10h pour un nouveau président au sein de l’Umih. Elles sont la suite annoncée de la prise de pouvoir à l'Umih opérée en novembre lors du congrès annuel. Christine Pujol désirait par conséquent invalider ce scrutin. "Aller à ces élections, c'est cautionner la demande d'expulsion", a-t-elle prévenu.

Deux tandems briguent les suffrages : Roland Héguy (Pays basque) /Hervé Becam (Finistère) et Pierre-Paul Alfonsi / Alain Paulin (Bouches-du-Rhône). 104 votants sont attendus : 102 présidents départementaux et les présidents de deux syndicats associés, le GNC (groupement national des chaînes qui fédère surtout des chaînes hôtelières au 1er rang desquelles Accor) et le SNRPO, le syndicat national de la restauration publique organisée (cafétérias). Toutes les voix sont pondérées en fonction du nombre d'adhérents. A lui seul, le GNC représente 22,5% des suffrages.