Christian Lacroix en lice pour sauver sa maison

  • A
  • A
Christian Lacroix en lice pour sauver sa maison
Partagez sur :

Le couturier s'est associé au groupe italien Borletti, qui a notamment racheté dans le passé les magasins Le Printemps.

Qui va sauver la maison de couture Christian Lacroix ? L'administrateur judiciaire chargé du dossier, Régis Valliot, a indiqué avoir reçu plusieurs offres de reprises alors que la date limite de dépôt des candidatures était fixée à lundi.

La plus "sérieuse" est celle pour laquelle Christian Lacroix en personnes'est associé au groupe italien Borletti, connu notamment pour avoir repris les magasins Le Printemps, en 2006. Une proposition qualifiée d’"engageante" par Régis Valliot, même si le dossier n’est pas totalement bouclé.

Par ailleurs, le cabinet de conseil Bernard Krief Consulting (BKC)s'est dit prêt lundi à améliorer son offre de reprise, tant sur le plan de l'emploi que sur celui du développement de la maison de haute couture. Ces "améliorations" seront "effectuées au cours du mois d'août", avant une décision finale du tribunal de commerce de Paris "en septembre" a indiqué le cabinet de conseil. La haute couture fait partie du patrimoine national", s’était justifié Louis Petier, le président de BKC, la semaine dernière sur Europe 1.Ce consultant a fait "la une" au cours des derniers mois pour avoir racheté des entreprises en difficultés comme l'équipementier automobile Heuliez ou l'entreprise de textile DMC. Son offre a cependant été jugée "peu satisfaisante tant sur le plan financier que sur le plan social" par l’administrateur judiciaire.

Une troisième offre, pour un montant d’un euro, a été faite par "deux inconnus qui n'ont pas de projet", a indiqué Régis Valliot. Un quatrième candidat potentiel s’est quant à lui désisté.

La maison Lacroix, créée en 1987 par le couturier puis revendue au numéro un mondial du luxe au groupe américain Falic, a été placée enredressement judiciaire avec une période d'observation de six mois au début du mois de juin. Le groupe affiche une perte de 10 millions d’euros en 2008 pour un chiffre d’affaires de 30 millions.