Chômage : les chiffres d'août dévoilés dans un contexte de baisse fragile

  • A
  • A
Chômage : les chiffres d'août dévoilés dans un contexte de baisse fragile
En juillet, le chômage avait reculé en France, atteignant un niveau inédit depuis février 2015. Image d'illustration.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Le seul indicateur disponible pour août est celui des embauches, qui ont augmenté de 3,7% hors interim.

Le gouvernement publie lundi le nombre d'inscrits à Pôle emploi à fin août, dans un contexte de tendance à la baisse du chômage, que François Hollande espère consolider pour 2017, mais qui pourrait n'être qu'éphémère.

Une décrue confirmée en juillet. Après deux mois décevants, le chômage avait repris sa décrue en juillet (-19.100, -0,5%), s'établissant à 3,51 millions de personnes sans activité, et 3,76 millions en incluant l'Outre-mer, soit son plus bas niveau depuis février 2015. Sur les six premiers mois de l'année, leur nombre a fortement baissé (-73.900 en métropole, -2,1%) comme sur un an (-44.100, -1,2%).

Des embauches en progression. Le mois d'août confirmera-t-il cette amélioration ? Le verdict mensuel est toujours très attendu par le gouvernement et François Hollande, qui a conditionné sa candidature à une baisse "durable" du chômage. Pour l'heure, le seul indicateur disponible pour août est celui des embauches, qui ont nettement progressé (+3,7% hors intérim), selon des chiffres publiés par l'Acoss, l'organisme collecteur des cotisations de Sécurité sociale. Les dernières prévisions de l'Unédic, le gestionnaire de l'assurance chômage, sont optimistes pour cette année : l'organisme prévoit une baisse de 50.000 chômeurs d'ici à la fin de l'année en métropole.

Cette bonne tendance découle d'une amélioration des autres indicateurs du marché du travail, tous revenus dans le vert depuis le début de l'année, confortant le "ça va mieux" du chef de l'État. Si l'activité économique a subi un petit trou d'air entre avril et juin, en se contractant de 0,1%, elle a toutefois enregistré un cinquième trimestre consécutif de créations nettes de postes dans le privé (+29.500 emplois). Sur un an, 121.300 ont été créés. Auparavant, la France avait connu trois années de destructions d'emplois.