Chômage : l’Unedic fait ses comptes

  • A
  • A
Chômage : l’Unedic fait ses comptes
@ REUTERS
Partagez sur :

DECRYPTAGE - L'organisme estime que la France comptera 235.000 chômeurs de plus fin 2012.

Le factuel. L'Unedic a annoncé mercredi qu'elle s'attendait à une augmentation du nombre de demandeurs d'emploi sans activité de 235.000 personnes au total en 2012, et a révisé ses prévisions de déficit à 2,6 milliards contre 3 milliards pour l'année en cours. Europe1.fr vous explique ce que cela signifie concrètement.

Au fait, c’est quoi l’Unedic ? L’union nationale interprofessionnelle pour l'emploi dans l'industrie et le commerce (Unedic) est une association chargée par l’Etat de gérer l’assurance chômage. Plus concrètement, l’Unedic est la tour de contrôle du système qui coordonne le collecteur de cotisations (Acoss) et celui qui les reverse et accompagne les demandeurs d’emplois (Pôle emploi).

A quoi correspond ce chiffre de 235.000 ? Une estimation de la hausse du chômage pour toute l’année 2012. Coordonnant tout le service public de l’emploi, l’Unedic établit des tendances à partir des comptes-rendus que tous les autres organismes lui envoient. L’Unedic estime ainsi que l’année 2012 devrait se traduire par 235.000 nouveaux demandeurs d’emplois sans activité, c’est-à-dire inscrits en catégorie A.

978x489 LeLab - Sarkozy : pire que le triple A, 10% de chômage

Qu’est-ce que ce nouveau chiffre signifie concrètement ? Cette estimation indique que le chômage est sérieusement en train de progresser en France. Lors de ses précédentes prévisions, l’Unedic tablait en effet sur 178.000 demandeurs d'emplois supplémentaires en 2012. Avec ce nouveau chiffre, il revoit donc son estimation en forte hausse : +32%.

Quel est le dernier chiffre du chômage ? Le ministère du Travail a fait ses comptes : au cours des sept premiers mois de l'année, 138.800 personnes supplémentaires se sont déjà inscrites en catégorie A. Résultat, la France comptait fin juillet 2,987 millions de personnes inscrites en catégorie A en métropole. La barre des 3 millions de chômeurs a d’ailleurs déjà été franchie, comme l’a reconnu le ministre du Travail Michel Sapin.