Chômage : l’inversion de la courbe, c’est déjà fait ?

  • A
  • A
Chômage : l’inversion de la courbe, c’est déjà fait ?
@ MAX PPP
Partagez sur :

DECYPTAGE - Pôle emploi a compté 20.500 chômeurs de moins. Peut-on pour autant dire que la courbe s’est inversée ? Pas si simple.

La lutte contre le chômage est au cœur de l’action du gouvernement. Et une phrase est martelée depuis des mois : la courbe va s’inverser avant la fin de l’année. Contre vents et marées, François Hollande a tenu le cap et les chiffres publiés jeudi semblent conforter sa politique. Mais le bon chiffre du jour assure-t-il la victoire de l’exécutif sur ce dossier-clé ? Décryptage.

Qu’est-ce que c’est qu’une inversion de courbe ? D’un point de vue purement comptable, le gouvernement a gagné : la courbe s’est inversée. Mis à part le bug d’août, elle montait sans discontinuer depuis avril 2011. Octobre 2013 est donc le mois de l’inversion. "L’inversion commence ce soir", a répété Michel Sapin au micro d’Europe 1.

Une fois c’est bien, mais est-ce vraiment l’inversion ? Le gouvernement a fixé lui-même les règles du jeu : l’inversion de la courbe du chômage, c’est trois mois consécutifs de baisse. "Après la décélération, il y a l’inversion et maintenant il faut l’inversion durable", a détaillé le ministre du Travail. Ce qui n’empêche pas le ministère du Travail de préciser que la courbe du chômage a diminué en moyenne de 3.500 demandeurs d’emplois sur les trois derniers mois… en comptant le mois d’août, faussé par le "bug SFR". Donc, si une bataille a été gagnée et que le gouvernement peut afficher sa satisfaction, la guerre n’est pas finie.

Le combat de demain. "La bataille se livre jour après jour, pour que le chômage diminue chaque mois", a continué Michel Sapin au micro d’Europe 1. Les jeunes étaient au cœur des promesses gouvernementales et depuis six mois, la courbe s’est inversée pour eux. Mais si on ne se limite pas à la catégorie A, les chiffres sont bien plus mauvais. Les demandeurs d’emploi ayant occupé une activité à temps partiel ou temporaire (catégories B et C) sont de plus en plus nombreux. Question de confiance, comme l’analyse Olivier Samain, journaliste "économie" d’Europe 1, pour qui il faudra que la baisse se poursuive quelques mois pour changer le point de vue de l’opinion publique, et celui des entreprises. 

sur le même sujet

LE CHIFFRE - 20.500 chômeurs de moins en octobre

REACTION - Sapin : "l’inversion de la courbe est entamée"

ENQUETE - Pôle emploi ne permet pas toujours de trouver...un emploi

INFO - Le CDD de moins d’un mois a le vent en poupe

INFOGRAPHIE - Les chômeurs n’ont jamais autant travaillé

3' CHRONO - Les points clés de la loi sur la sécurisation de l'emploi