Champagne : après une mauvaise récolte 2016, les producteurs puisent dans leur réserve

  • A
  • A
Partagez sur :

Le dispositif est unique en son genre. Plutôt que de s'assurer contre une mauvaise récolte, les producteurs champenois utilisent une réserve qui permet un approvisionnement constant du marché.

Le mécanisme est unique en son genre et va être débloqué dès mercredi. Les viticulteurs champenois vont pouvoir puiser dans leur réserve. Les producteurs l'utilisent quand les récoltes sont mauvaises pour ne pas subir de pertes. C'est le cas cette année après la météo assez chaotique du printemps dernier.

Une cuve de réserve de 8.875 litres. Dans la Marne, on va ainsi puiser l'équivalent de 19 millions de bouteilles du breuvage tous producteurs confondus, c'est dix fois plus qu'une année normale. Cela concerne tous les vignerons qui ont subi une mauvaise météo. C'est le cas d'Antoine Chiquet à Dizy, qui a emmené Europe 1 voir sa réserve de champagne qui se trouve dans d'immenses cuves. "L'année a été très difficile d'un point de vue climatique. On a eu des dégâts de gelées au printemps et des maladies qui ont baissé notre récolte. C'est là que la réserve est extrêmement importante. Dans cette cuve, il y a 8.875 litres. On va puiser dans cette réserve pour pouvoir mettre en bouteille et avoir une production constante."

"Notre destin en mains". Le volume précis à puiser est calculé au Comité champagne à quelques kilomètres de là, à Epernay. Charles Goemaere, directeur des affaires économiques et juridiques explique ce dispositif particulier mais obligatoire pour chaque vigneron : "Dans d'autres régions, quand on a un incident climatique, on a une perte de revenus et on peut s'assurer auprès de compagnies d'assurances. En Champagne, on a décidé de prendre notre destin en main. Ça permet d'offrir aux vignerons une assurance récolte." Tout producteur qui n'atteint pas un quota de production qui permet l'équilibre de la filière entière doit puiser dans son stock. C'est d'autant plus possible que le Champagne est rarement millésimé.

Si 2017 est à nouveau une année difficile, certains vignerons comme Antoine Chiquet n’auront plus de réserve. En revanche, sur toute la Champagne, il reste plus de 250 millions de kilos de raisin, c’est presque une année entière de récolte.