CGT : l'avenir de Thierry Lepaon tranché le 13 janvier

  • A
  • A
CGT : l'avenir de Thierry Lepaon tranché le 13 janvier
A l'issue d'une réunion vendredi, la direction de la CGT a publié un communiqué affirmant qu' "aucun membre du bureau confédéral n'a demandé la démission de Thierry Lepaon".@ Reuters
Partagez sur :

DÉNOUEMENT ? - Le numéro un de la CGT tentera de convaincre le parlement de la centrale de lui renouveler sa confiance.

Au cœur d'une polémique sur son train de vie, Thierry Lepaon ne lâchera pas son siège comme ça. Après avoir refusé vendredi de démissionner, celui qui est toujours numéro un de la CGT a tenté de convaincre la commission exécutive, direction élargie de la centrale, de choisir le statu quo pour éviter une nouvelle crise de succession. Les 56 membres de ce gouvernement syndical se sont retrouvés mardi matin au siège de la centrale pour entendre son plaidoyer.

Et le premier remous de "l'affaire Lepaon" s'est fait ressentir peu avant midi : l'administrateur-trésorier de la CGT, Eric Lafont, qui avait validé des dépenses coûteuses dans l'appartement de fonction et le bureau du numéro un Thierry Lepaon, a démissionné. La direction élargie de la centrale a également décidé de convoquer le "parlement" du syndicat (CCN), seule instance habilitée à le révoquer, le 13 janvier.
Thierry Lepaon, CGT - 640-640

© REUTERS

Le bureau, l'appartement... Déjà sur la sellette après des révélations du Canard enchaîné, sur les travaux onéreux réalisés dans son appartement de fonction et dans son bureau, de nouvelles révélations parues la semaine dernière dans L'Express avaient suscité l'indignation à tous les étages de la centrale. Selon le magazine, Thierry Lepaon a perçu des indemnités de départ de la part de la région CGT Basse-Normandie, qu'il dirigeait avant de prendre la tête de la centrale. Certains articles de presse estiment ces indemnités à 100.000 euros.

Thierry Lepaon a promis à la Commission exécutive mardi "la transparence complète" sur l'ensemble de ces sujets. Un rapport financier doit être présenté et des propositions seront avancées pour "améliorer les procédures financières dans la CGT".

... Et les "retraites casquettes". Les membres de la direction seront saisis d'une nouvelle révélation, cette fois de l'hebdomadaire Marianne, selon lequel l'indemnité perçue par Thierry Lepaon de la CGT Basse-Normandie serait une pratique secrète en cours "depuis plus de 20 ans". Il s'agit de compléter la retraite de certains militants du privé ayant subi des périodes de chômage. "Des retraites 'casquette'", ironise l'hebdomadaire.