Centrale Hinkley Point C d'EDF : Bouygues Construction décroche un contrat de 1,7 milliard d'euros

  • A
  • A
Centrale Hinkley Point C d'EDF : Bouygues Construction décroche un contrat de 1,7 milliard d'euros
Le projet d'Hinkley Point prévoit la construction de deux réacteurs EPR dans le sud-ouest du Royaume-Uni. @ JUSTIN TALLIS / AFP
Partagez sur :

Le projet d'Hinkley Point "bénéficiera du retour d'expérience" de l'EPR de Flamanville et de celui d'Olkiluoto en Finlande, a indiqué le groupe.

Le groupe Bouygues Construction a annoncé mercredi avoir décroché auprès d'EDF un contrat de plus de 1,7 milliard d'euros pour la construction des bâtiments qui abriteront les deux réacteurs nucléaires de technologie EPR d'Hinkley Point C au Royaume-Uni. En période de pointe, 3.500 personnes devraient travailler sur ce chantier.

"L'expertise" récompensée. Ce contrat a été confié à la filiale Bouygues Travaux Publics, en groupement avec l'entreprise britannique Laing O'Rourke, précise un communiqué de Bouygues Construction. "Ce choix témoigne de l'expertise de Bouygues Construction dans le domaine du génie civil nucléaire", a commenté Philippe Bonnave, PDG de Bouygues Construction, cité dans le communiqué.

"Retour d'expérience". Après sa participation à la construction de plusieurs centrales dites de deuxième génération en France comme celles de Bugey, Saint-Alban ou Chooz, Bouygues avait remporté en 2005 le contrat de génie civil de la centrale nucléaire EPR d'Olkiluoto en Finlande et celui de la centrale EPR de Flamanville en 2006. "Le projet d'Hinkley Point bénéficiera du retour d'expérience de ces deux projets et verra la mise en oeuvre d'innovations importantes comme la maquette numérique", souligne le groupe.

Retards et dérapages sur d'autres chantiers. Depuis leur démarrage, les chantiers de la construction des EPR de Flamanville, piloté par EDF, et d'Olkiluoto, piloté par Areva en partenariat avec Siemens, ont accumulé retards et dérapages de coûts. Pour les deux réacteurs EPR en projet à Hinkley Point, EDF prévoit d'investir au total 18 milliards de livres sterling (environ 21 milliards d'euros).