Ce que prévoit le gouvernement pour le Budget 2016

  • A
  • A
Ce que prévoit le gouvernement pour le Budget 2016
@ MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES
Partagez sur :

FINANCES - Le gouvernement a dévoilé mercredi le projet de loi de Finances 2016. Déficit, dépenses publiques, coupes et rallonges budgétaires : ce qu'il faut retenir.

La feuille de route budgétaire du gouvernement est désormais connue : Bercy a dévoilé mercredi matin son projet de budget pour l'année 2016. Un budget qui prévoit une réduction de la dépense publique d'environ 1,3 milliard d'euros, rendue possible par toutes une série de mesures d'économies. Quels sont les ministères mis au régime et ceux qui bénéficieront d'une rallonge ? Voici les principaux enseignements du Budget 2016.

Le cadre général : un budget toujours déficitaire mais moins qu'en 2015. Si l'Etat français continue de dépenser plus d'argent qu'il n'en gagne, il compte réduire son déficit : ce dernier devrait passer de 73 milliards en 2015 à 72 milliards en 2016. L'Etat dépensera 1,3 milliard nets de moins qu'en 2015, précise Bercy. Autre point sensible de ce projet de budget, le dernier en année pleine du quinquennat de François Hollande: la baisse de 3,5 milliards d'euros de la dotation globale de fonctionnement des collectivités locales.

La dette publique française représentera 96,5% du Produit intérieur brut (PIB) en 2016, soit moins que ce qui avait été prévu initialement (97%), mais un peu plus qu'en 2015 (96,3%), a annoncé le ministère des Finances. Résultat : la charge de la dette va continuer à augmenter : elle devrait passer de 44,3 milliards à 44,5 milliards d'euros.

Les ministère mis au régime. Le projet de budget de l'Etat français en 2016 prévoit une baisse des crédits à la fois pour l'aide publique au développement, et pour la mission "Ecologie, développement et mobilité durables", selon des documents publiés mercredi par le ministère des Finances. La mission "Aide publique au développement" se voit allouer des crédits de paiement de 2,60 milliards d'euros l'an prochain contre 2,77 en 2015, tandis que la mission "Ecologie, développement et mobilité durables" se voit affecter une enveloppe de 6,49 milliards contre 6,59 milliards en 2015.

Le ministère du Logement va, lui, devoir économiser 225 millions d'euros sur les aides personnalisées au logement (APL), mais il ne s'agit pas réellement d'une coupe budgétaire puisque ces mesures d'économies compenseront des dépenses supplémentaires prévues l'an prochain. 150 millions d'euros d'"aides à la pierre" (subventions aux bailleurs sociaux pour la construction de HLM) en plus, et 120 millions pour renforcer les capacités d'accueil des réfugiés, selon l'entourage de la ministre du Logement Sylvia Pinel.

Et ceux qui bénéficient d'un coup de pouce. "L'éducation, l'emploi, la sécurité et la culture, ce sont les budgets prioritaires", a déclaré le Premier ministre, mercredi sur France Inter. Ce qui se confirme lorsqu'on regarde les prévisions à propos des effectifs de la Fonction publique d'Etat : le projet de Budget prévoit des créations d'emplois dans les secteurs prioritaires de l'Education nationale (+8.561), de la police-gendarmerie (+732), la justice (+978), ainsi que la Défense (+2.300). Les agents des ministères de l'Economie et des Finances sont ceux qui perdent le plus d'effectifs (-2.548).