Carrefour va supprimer 500 emplois

  • A
  • A
Carrefour va supprimer 500 emplois
Partagez sur :

Le n°2 mondial de la distribution annoncera mercredi ce premier plan de réduction d'effectifs.

Pour rester compétitif, le nouveau PDG de Carrefour compte réduire la voilure. Le n°2 mondial de la distribution annoncera mercredi la suppression de plus de 500 postes - sur un effectif de 7.500 CDI dans les sièges -, rapporte samedi Le Figaro. Il ne s'agirait là que la première étape d'un plan global de réduction d'effectifs qui pourrait comprendre 3.000 départs, selon les syndicats.

Deux autres plans devraient suivre

Georges Plassat, arrivé à la tête de Carrefour fin mai en remplacement de Lars Oloffson, compte opérer la mue en douceur, pour ne pas nuire à la relance de l'activité du groupe. Une opération d'autant plus délicate que le lourd programme de réduction des coûts mis en place en 2009 n'est pas encore achevé et que le gouvernement est parti en croisade contre les licenciements abusifs.

Pour ce premier plan, Le Figaro croit savoir que ce sont les services "achat" et "international" qui seront concernés. Mais la direction se serait engagée à ce qu'il n'y ait que des départs volontaires. Le secrétaire fédéral FO s'inquiète également pour les CDD et les intérimaires - environ 500 - qui ne devraient pas voir leur contrat renouvelé. Deux autres plans de départs volontaires pourraient suivre, l'un en tout début d'année prochaine et l'autre avant l'été, précise Le Figaro.

Des coupes aussi en magasins ?

Pour Georges Plassat, cette opération est nécessaire. "Il nous faut encore réduire nos frais généraux et nos coûts de siège", avait-il annoncé lors de l'assemblée général de Carrefour, en juin. Le groupe a en effet vu son bénéfice net chuter de 14,3% en 2011.

Des coupes pourraient également être effectuées dans le personnel de magasins, principalement dans les rayons non alimentaires, le talon d'achille de Carrefour. Cet été, par exemple, 45 cabines d'essayage auraient été supprimées aux rayons textiles, permettant au groupe de supprimer 90 emplois, sans passer par un plan social.