Carlos Tavares, la bonne affaire de PSA

  • A
  • A
Carlos Tavares, la bonne affaire de PSA
@ REUTERS
Partagez sur :

L’ancien n°2 de Renault bénéficie d’une expérience de premier ordre chez les constructeurs automobiles transnationaux.

Philippe Varin, le président directeur général de PSA, se cherchait un successeur, il a jeté son dévolu sur Carlos Tavares, l’ancien numéro deux de Renault-Nissan, "libéré" de ses fonctions par Carlos Ghosn en août. Le groupe automobile a confirmé que l'ancien de Renault siégera au directoire dès le 1er janvier prochain. Un choix stratégique pour PSA-Citroën au moment où la marque diversifie son actionnariat et se tourne vers le marché asiatique.

>> On vous explique pourquoi Carlos Tavares est une bonne affaire pour PSA en trois points

Un remplacement en douceur. Carlos Tavares ne serait pas propulsé à la tête du groupe automobile directement le 1er janvier. Sa nomination à la présidence du directoire sera effective dans le courant de l'année, précise le groupe dans un communiqué. "En choisissant Carlos Tavares, professionnel réputé de l'automobile, pour succéder à Philippe Varin en 2014, le conseil de surveillance s'assure que la stratégie de redressement et de développement menée depuis plusieurs années pour surmonter la crise sera poursuivie et exécutée dans la continuité", a déclaré Thierry Peugeot, président du conseil de surveillance, dans un communiqué. L'ancien PDG devrait poursuivre dans les négociations stratégiques engagées avec les partenaires avant de passer la main.

Un profil idéal. L’homme est un passionné d’automobile et un fin connaisseur du secteur. Son expertise à l’internationale pourrait notamment permettre à PSA de trouver de nouveaux relais de croissance. Et c’est exactement ce que souhaitait le nouveau partenaire chinois de PSA, Donfeng, qui avait posé ses conditions avant de signer une participation au capital et un rapprochement industriel des deux groupes. Outre ce profil, le candidat devait avoir comme compétence essentielle d’être capable de diriger une alliance internationale entre constructeurs automobiles.

Boursier.com - Carlos Tavares chez Aston Martin ?

Un battant de chez Renault. Le meilleur exemple français d’alliance internationale dans le secteur automobile est celui de Renault. Carlos Tavares a fait l’essentiel de sa carrière chez la marque au losange et il part avec tout les secrets industriels du groupe, assure Martial You, chef du service économique d'Europe 1. Aussi étrange que cela puisse paraître, la pratique de la clause de non concurrence n'est pas très développée dans le secteur automobile. Si bien que Carlos Tavares arrive chez PSA avec les dernières recherches du technocentre Renault et l'ensemble de la stratégie de la marque, que ce soit sur ses modèles luxes, ou sportifs. Par exemple, c'est le nouveau patron de PSA est celui qui a relancé la marque Alpine pour le groupe au losange. Sa seule contrainte est qu'il ne pourra pas débaucher les talents de Renault, à cause d'accords juridiques.

Un peu de biographie. Arrivé en 1981, il a quitté la partie française de la marque pour rejoindre Nissan en 2004 où il dirigeait la branche Amérique du constructeur japonais. Il est ensuite revenu à la maison mère en mai 2011 comme directeur général délégué aux opérations. Autrement dit, le numéro deux de Renault, et il lorgnait déjà sur le fauteuil de Carlos Ghosn, à la tête du groupe, ce qui lui a coûté sa place. Cet esprit de conquête et son indépendance vis-à-vis de la famille Peugeot sont perçus comme des atouts et les rumeurs sur son arrivée chez PSA ont fait bondir le titre du constructeur à la Bourse de Paris. Carlos Tavares devrait permettre d’apporter de la fraîcheur à l’image de la marque qui a besoin de se ressaisir et de profiter de ses alliances avec Donfeng et General Motors pour s’imposer à l’international. 

sur le même sujet

ACTU - Le numéro 2 de Renault quitte ses fonctions

DECRYPTAGE - Aider PSA, une fausse bonne idée ?