Carburants : Myriam El Khomri dénonce "la prise en otage des Français"

  • A
  • A
Carburants : Myriam El Khomri dénonce "la prise en otage des Français"
@ AFP
Partagez sur :

Alors que plusieurs raffineries françaises sont à l'arrêt, la ministre du Travail, Myriam El Khomri a dénoncé lundi "la prise en otage des Français". 

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, a déploré lundi à Marseille que "des salariés, des Français soient pris en otage" alors que six raffineries françaises sur huit sont affectées par des mouvements de protestation contre le projet de loi travail.

Des "Français" pris en otage. "J'ai du mal à supporter que des salariés soient pris en otage, que des Français soient pris en otage, alors même que nous avons beaucoup avancé", a déclaré la ministre. "Nous avançons pour permettre à notre pays d'avoir un peu plus de capacité d'adaptation, pour mieux répondre à des pics de commandes, des pics d'activité et pour développer des droits qui sont plus en lien avec le monde du travail, je pense par exemple au droit à la formation", a ajouté Myriam El Khomri.

Une visite à Marseille. La ministre effectuait une visite sur le thème des dispositifs d'aide à l'emploi, notamment dans les quartiers nord de Marseille, au centre de formation Afpa de Saint-Jérôme puis dans une entreprise pharmaceutique dans un arrondissement dont la sénatrice socialiste Samia Ghali, qui l'accompagnait, est maire de secteur. Myriam El Khomri a encore estimé que la loi travail avait beaucoup évolué "en concertation avec les organisations et dans le cadre des amendements présentés à l'Assemblée nationale". Peu avant 14h, quelque 200 militants de gauche ont été empêchés d'aller à la rencontre de la ministre, qui déjeunait dans un restaurant dans le quartier portuaire de la Joliette.

Dans la nuit de dimanche à lundi, plusieurs centaines de militants CGT ont décidé de bloquer un dépôt de carburants et une raffinerie à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Les militants CGT des Bouches-du-Rhône, qui demandent le retrait de la loi, ont indiqué qu'ils comptaient maintenir les barrages jour et nuit jusqu'à la manifestation nationale prévue jeudi.