Carburant : où en sont les blocages ?

  • A
  • A
Carburant : où en sont les blocages ?
@ FRED TANNEAU/AFP
Partagez sur :

BILAN - Raffineries, dépôts pétroliers, stations-service : le point sur l’ampleur des perturbations.

Après une semaine de grève, de blocages et de manifestations, où en est le secteur pétrolier ? Si le mouvement social contre la loi Travail risque de perdurer la semaine prochaine, la situation s’est légèrement améliorée à la pompe. Le point vendredi en fin de journée.

Six raffineries sur huit bloquées. Seules les deux raffineries Esso, situées à Gravenchon (Haute-Normandie) et Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), continuent à fonctionner normalement. En revanche, leur accès est ponctuellement bloqué par les grévistes.

Un seul dépôt bloqué. Le suivi des 191 dépôts pétroliers français est difficile, les barrages étant rapidement démontés par les forces de l’ordre avant d’être reinstallés. Vendredi après-midi, un seul dépôt était bloqué, à Gargenville (Yvelines). A titre de comparaison, on dénombrait jeudi une quinzaine de dépôts bloqués.

Environ 20% des stations-essence perturbées. "Globalement, il y a toujours autour de 20%" de stations-service en difficulté, a précisé vendredi le secrétariat d'Etat aux Transports. La situation "s'améliore partout, dans toutes les régions. Cela s'améliore fort dans le Nord et il y a une bonne amélioration dans l'Ouest. Il y a aussi une tendance à l'amélioration dans toutes les autres régions, y compris l'Ile-de-France", a ajouté le cabinet d’Alain Vidalies.

Total confirme cette tendance et précise que 30% de ses stations-essence rencontrent encore des difficultés. "La situation s'améliore", a renchéri le cofondateur du site MonEssence.fr, vendredi sur Europe 1, avant d’ajouter : "la situation s'arrange car un certain nombre de stations, notamment en Loire-Atlantique, en Bretagne et en région parisienne, sont réapprovisionnées".


Comment font les stations pour s’approvisionner ? Les compagnies pétrolières et les grossistes qui alimentent les stations-essence ont sensiblement augmenté le nombre de rotations de leurs camions-citernes. Le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, a également publié mercredi, au Journal officiel, un arrêté permettant aux transporteurs d'hydrocarbures de déroger aux règles en matière de temps de conduite et de repos afin de faciliter l'approvisionnement de plusieurs régions françaises en manque de carburants.