CAF : la chasse aux fraudeurs s'intensifie

  • A
  • A
CAF : la chasse aux fraudeurs s'intensifie
18.000 fraudeurs ont été identifiés l'an dernier par les sevrices de Caisses d'allocations familiales@ MaxPPP
Partagez sur :

INFO E1 - Le nombre de fraudeurs identifiés a augmenté de 20% en 2012, grâce à de nouvelles méthodes de contrôles.

110 millions d'euros. La fraude sociale ne connaît pas la crise. Selon les premiers chiffres de 2012, qu'Europe 1 a pu consulter, le nombre de fraudes détectées par les Caisses d'allocations familiales (CAF) a augmenté de 20 % l'an dernier. 18.000 personnes ont ainsi fait l'objet d'un redressement de la part des services de l'Etat. Au total, cela représente 110 millions d'euros remboursés à la sécurité sociale. La plupart du temps, il s'agit de petites arnaques : une personne qui continue de toucher le RSA alors qu'elle travaille, par exemple, ou encore un concubinage camouflé, qui permet de continuer de percevoir l'allocation pour parent isolé.

>> A LIRE AUSSI : +15 % de fraude aux allocations familiales en 2011

Le "data mining" au secours de la lutte. Cette forte augmentation  s'explique autant par la multiplication du nombre de tricheries que par la hausse des moyens à la disposition des CAF pour détecter les fraudeurs. Parmi ces méthodes, une s'avère particulièrement efficace : le "data mining". A Paris, une trentaine d'agents centralisent les données sur les fraudeurs déjà appréhendés : un logiciel brasse données bancaires, factures d'électricité, situation sociale et toutes les petites dépenses qui reviennent régulièrement.

>> A ECOUTER : Combien coûtent les fraudes ?

Un cas identifié sur deux est une fraude. Grâce à toutes ces données, les inspecteurs peuvent brosser un portrait-robot des fraudeurs. Ce profil-type est ensuite transmis aux caisses régionales, qui s'en servent pour passer au crible les dossiers de l'année en cours et identifier les cas les plus suspects. Une méthode efficace : un dossier sur deux identifié de cette manière se révèle être une fraude.