La France annonce 3,6 milliards d'économies en plus pour 2015

  • A
  • A
La France annonce 3,6 milliards d'économies en plus pour 2015
@ REUTERS
Partagez sur :

AJUSTEMENT - Paris répond ainsi aux critiques de Bruxelles, qui jugeait la copie française insuffisante.

En prévoyant 21 milliards d'économies pour le budget 2015, la France estimait s'être suffisamment serré la ceinture. Mais elle était encore loin de respecter les règles européennes, qui prévoit de ne pas dépasser 3% de déficit. La Commission a donc demandé la semaine dernière à Paris de trouver près de 4 milliards d'euros supplémentaires d'économies. Si, dans un premier temps, François Hollande assurait que la France s'en tiendrait à ses objectifs, Michel Sapin a finalement annoncé lundi que Paris allait trouver 3,6 milliards d'économies en plus.

La France en dehors des clous. La France prévoit un déficit public à 4,3% du PIB en 2015, alors qu’elle était censée repasser sous la barre des 3% dès 2013. Dans une lettre adressée à Paris en milieu de semaine, la Commission européenne a donc rappelé à l'ordre Paris. A ses yeux, les calculs français sont trop optimistes et les 21 milliards d’économies annoncés ne seront pas au rendez-vous. Selon ses propres estimations, l’effort structurel ne sera que de 0,2%. Bruxelles demandait donc plus de précisions et un effort supplémentaire de 4 milliards d’économies.

> LIRE AUSSI - Cette lettre de Bruxelles que Hollande a refusé de publier

27.10.Michel.sapin.Budget.Reuters.640.640

© REUTERS

Michel Sapin donne des précisions à 3,6 milliards. Après avoir assuré que la France ne ferait pas un effort de plus, le gouvernement a transigé. Le ministre des Finances, Michel Sapin, a dévoilé lundi des "précisions" et des "mesures nouvelles" qui permettront de réduire le déficit public de 3,6 milliards d'euros de plus que prévu. Mais cela ne signifie pas pour autant que la France va réduire ses dépenses ou augmenter ses recettes à hauteur de 3,6 milliards d'euros.

Une bonne partie de ces nouvelles économies proviennent de nouveaux calculs, réalisés grâce à quelques "bonnes nouvelles", notamment la baisse des taux d'intérêt qui allège le coût de la dette. En ce qui concerne les "mesures nouvelles", la France a annoncé qu'elle allait "mettre en oeuvre de nouvelles mesures pour accélérer et renforcer la lutte contre la fraude et l'optimisation fiscale".

Grâce à cet ajustement, le déficit structurel français, c'est-à-dire qui ne dépend pas de la conjoncture, serait réduit de 0,5 point du PIB, contre 0,2 point dans sa première mouture.

>> LIRE AUSSI - Budget 2015 : comment Hollande négocie avec Bruxelles

Retrouvez l'intégralité de la lettre envoyée par Michel Sapin à la Commission européenne :