Budget 2012 : qui perd, qui gagne ?

  • A
  • A
Budget 2012 : qui perd, qui gagne ?
Le ministère de la Défense voit son budget augmenter pour 2012.@ MAXPPP
Partagez sur :

La Défense, la Justice et le Logement voient leur budget augmenter. Pas l'Education.

L’austérité est bien là. Le budget pour 2012, présenté mercredi en conseil des ministres, prévoit des efforts dans de nombreux domaines et pour la première fois depuis 1945, les moyens des ministères vont diminuer. Valérie Pécresse, ministre du Budget, a ainsi affirmé sur Europe 1 que « tout le monde, aujourd’hui, doit faire des économies en dépenses ».

Certains ministères, comme celui de la Défense, tirent toutefois leur épingle du jeu dans ce budget dont le tout premier poste sera la charge de la dette. Europe1.fr fait le point sur les gagnants et les perdants.

LES GAGNANTS

La Défense. Le ministère de la Défense est le grand gagnant du budget 2012 : les crédits qui lui sont alloués augmentent d’1,8%. 30 milliards d’euros lui seront versés et le projet de loi de finances prévoit également près de 2 milliards d’euros de recettes issues de cessions. Sur les 32 milliards d’euros de budget, 16 milliards doivent financer l’achat de nouveau matériel. Une cagnotte dans laquelle l'État n’hésite en général pas à piocher.

Quant au coût des opérations extérieures, il est estimé à plus d’1,2 milliards d’euros, soit une hausse spectaculaire de 30%. La raison : 23.000 soldats français sont actuellement déployés à l’étranger. Pour l’intervention en Libye, la facture s’élève à 300 à 350 millions d’euros. Et pour l’Afghanistan, le Liban et la Côte d’Ivoire, le coût est estimé à 900 millions d’euros.

La Justice. 515 postes seront créés en 2012 au ministère de la Justice, seul ministère à voir ses effectifs croître, a expliqué Valérie Pécresse sur Europe 1. Son budget s’élèvera à 7,4 milliards d’euros en 2012, contre 5,8 en 2011, une hausse due à la mise en œuvre des réformes votées en 2011 : participation des citoyens, réforme de la garde à vue et de la justice des mineurs.

Le Logement. Le ministère de Benoist Apparu voit son budget augmenter de 3% pour 2012, à  7,8 milliards d’euros. La plus forte hausse est allouée à l’aide à l’accès au logement, tandis que le développement de l’offre de logement voit son budget chuter de 13,2%.

LES PERDANTS

L’Emploi. Gros perdant du budget 2012, le ministère du Travail et de l’Emploi voit son budget baisser de 11%, avec 10 milliards d’euros pour l’année prochaine contre 11,6 milliards en 2011. En cause : « l’arrêt des dispositifs liés à la relance », ont expliqué les services de Xavier Bertrand à Europe1.fr.

L’Education nationale. L’Etat poursuit le non-remplacement d’un fonctionnaire partant à la retraite sur deux. Sur les 30.400 postes supprimés, 14.000 concernent l’Education nationale. Au ministère de l’Enseignement supérieur, en revanche, aucun poste ne sera supprimé et les crédits budgétaires vont augmenter d’1,6%. L’Education scolaire se voit tout de même allouer 62 milliards d’euros pour 2012, soit un milliard de plus qu’en 2011.

Les collectivités territoriales. Comme en 2011, les « concours financiers de l’Etat aux collectivités territoriales » sont gelés, à 50,6 milliards d’euros. Un gel inscrit dans la loi de programmation des finances publiques jusqu’en 2014.