Blablacar, la start-up française qui carbure

  • A
  • A
Blablacar, la start-up française qui carbure
@ Capture d'écran site Blablacar
Partagez sur :

CROISSANCE - Le champion du covoiturage Blablacar a réalisé une levée de fonds de 100 millions de dollars et regarde désormais vers l’Amérique.

La jeune pousse parisienne vit le rêve américain. Créée en 2006 en France, Blablacar est partie dès 2009 à la conquête de l’Europe. Après huit ans d’existence, elle peut s’enorgueillir d’avoir un réseau de plus de 8 millions de membres dans douze pays, de la Russie au Portugal. Un succès qui fait de l’entreprise le champion du covoiturage. A tel point qu’elle avance ses pions pour damer ceux de la SNCF.

Leader incontesté de la voiture partagée. Le principe de Blablacar est simple : mettre en relation des gens qui ont des voitures et de la place à l’intérieur lors de leurs trajets, avec ceux qui n’ont pas de véhicule et qui cherchent une solution alternative au train, ou un compagnon de voyage. Tout le monde ou presque est gagnant dans l’opération. Le conducteur fixe un prix pour le voyage, ce qui lui paye une partie des frais de transport, le covoituré profite de prix avantageux et Blablacar prend une commission pour son rôle d’intermédiaire. Seule la SNCF est perdante dans cette affaire, car concurrencée sur des circuits dont elle avait le monopole. « Un million de personnes voyagent ainsi chaque mois… cela représente 2.000 rames de TGV », résume Nicolas Barré, éditorialiste à Europe 1.



Blablacar, une start-up pleine d'avenirpar Europe1fr

Inspiré des réseaux sociaux. Avec son modèle social de mise en relation, Blablacar a séduit la France et l’Europe. Afin de toucher de nouveaux marchés, la start-up a déjà levé 10 millions de dollars début 2012 pour financer son expansion. Mais ce n’était pas suffisant pour la jeune pousse : elle vient de lever 100 millions de dollars (73 millions d'euros), une des plus importantes jamais réalisée par une start-up dans l'Hexagone et qui va lui permettre d'appuyer sur l'accélérateur et de se développer hors d'Europe. "On a aujourd'hui entre cinq et dix pays à l'étude" pour une implantation, dont la Turquie, l'Inde ou encore le Brésil, complète le président et fondateur de Blablacar, Frédéric Mazzella. "Les jeux sont encore ouverts", mais, dans tous les cas, la start-up s'installera dans un nouveau pays "d'ici la fin de l'année", ajoute le jeune patron.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

TECHNO - La French Touch numérique, la qualité 2.0 française ?

VIDÉO - Blablacar, une start-up pleine d'avenir