BlaBlaCar, ce Français devenu géant mondial du covoiturage

  • A
  • A
BlaBlaCar, ce Français devenu géant mondial du covoiturage
@ BLABLACAR
Partagez sur :

CROISSANCE - Le site de covoiturage a annoncé l’achat de son principal concurrent, ce qui fait de lui un leader européen.

Celle qui n’était qu’une start-up française vient de devenir un poids lourd mondial. Blablacar, la plate-forme française de mise en relation pour le covoiturage, a annoncé mercredi l'acquisition de son principal rival, l'allemand Carpooling.com. Un rachat qui fait de Blablacar le leader européen du secteur. Avant de s’attaquer à d’autres continents ?

15.04.Logo.Blablacar.BLABLACAR.1002.274

© BLABLACAR

Blablacar, c’est quoi ? Ce site internet, lancé en 2006, propose de mettre en relation les adeptes du covoiturage : un conducteur peut ainsi trouver des passagers à embarquer et vice-versa. Un moyen de voyager à prix réduit et de limiter la pollution, deux arguments qui ont contribué au succès de Blablacar. D’autant qu’à l’origine, le site était gratuit et se voulait collaboratif.

Mais la start-up a changé de dimension en 2012 avec le passage au payant, ce qui n’a pas été sans provoquer quelques remous chez ses utilisateurs de la première heure. Un virage confirmé en 2014, lorsque l’entreprise a levé 100 millions de dollars, un record à l’époque pour une start-up française. Et ce n’était qu’un début : avec le rachat de Carpooling.com, ainsi que celui d'une petite société hongroise, Autohop, Blablacar est désormais le leader du secteur en Europe.

26.03.Covoiturage.transport.voyage.voiture.PHILIPPE-DESMAZES.AFP.1280.640

© PHILIPPE DESMAZES/AFP

Pourquoi racheter son concurrent ? L’acquisition de l’allemand Carpooling.com, fondé en 2001,  est tout sauf anodine : ce site était le principal et seul concurrent sérieux de Blablacar sur le continent. Désormais, il compte 20 millions de membres dans 18 pays, en Europe et en Asie. Grâce à ce rachat, Blablacar va donc proposer un service couvrant tout le continent européen, de quoi séduire de nouveaux clients.

Mais l’opération ne vise pas seulement à acquérir de nouveaux clients : après le foisonnement des débuts, le secteur de la mise en relation pour le covoiturage est en pleine consolidation. En clair, le nombre d’entreprises est en train de se réduire, seules celles ayant atteint une taille critique pouvant survivre. En rachetant Carpooling.com, Blablacar élimine son principal concurrent et devient la référence du covoiturage, quasi incontournable.

Le Français consolide donc sa position mais sécurise aussi son avenir : il dissuade ainsi d’autres acteurs d’entrer sur ce secteur et devient assez gros pour pouvoir lutter si un géant du web décidait d’investir ce créneau. Une menace qui n’est pas si virtuelle que cela : Uber, qui propose un service de VTC, a décidé d’investir ce créneau avec son offre UberPop, lancée en février 2014. Et Uber a les moyens de ses ambitions : selon les dernières estimations, il vaudrait 40 milliards d’euros, soit 37,7 milliards d’euros. Sans oublier un autre concurrent américain, Lyft, dont la valeur est estimée à 2 milliards de dollars (1,8 milliard d’euros).

>>LIRE AUSSI - Covoiturage : le coup de pouce de Vinci Autoroutes

>> LIRE AUSSI - Ce que la justice reproche à UberPop

>> LIRE AUSSI - La magistrate prend deux accusés en covoiturage