Bisbilles au sein du CE d’Eurodisney

  • A
  • A
Bisbilles au sein du CE d’Eurodisney
@ REUTERS
Partagez sur :

Deux membres du comité d’entreprise se retrouvent devant la justice pour "escroquerie".

Au-delà de la magie Disney, c’est un parfum de soupçon qui règne parmi les employés du parc d’attraction. Soupçonnés de détournements de fonds au sein du comité d'entreprise d'Eurodisney, le secrétaire et un ancien salarié du CE du parc d'attractions comparaissent lundi devant le tribunal correctionnel de Meaux, en Seine-et-Marne.

En cause, la gestion du comité d’entreprise, dont les caisses sont étrangement vides depuis deux ans. Le secrétaire du CE, Amadou N'Diaye, est renvoyé pour "abus de confiance" et "complicité de modification frauduleuse de données". L'autre prévenu, Raymond Myon, ancien salarié du CE, l'est pour "abus de confiance" et "modification frauduleuse de données informatiques". Le préjudice est estimé à environ 300.000 euros.

230.000 euros détournés en un an

L'affaire a éclaté fin octobre 2009, avec une plainte contre X pour "malversations" et "escroquerie" du syndicat Force Ouvrière (FO) à la suite de soupçons de détournements de fonds au sein du CE de l'entreprise. Les soupçons se font encore plus persistants lorsque, quelques semaines plus tard, une autre plainte avec constitution de partie civile est déposée par ce même syndicat.

Les responsables de FO se sont appuyés sur le témoignage de Raymond Myon, ancien salarié du CE, entendu le 8 décembre 2009 par les policiers. Ce dernier avait déclaré que "plus de 230.000 euros auraient été détournés sur un an, avec des documents comptables modifiés".

“Il n’y a plus d’argent“

Le CE, dirigé par trois représentants CGT et un représentant CFE-CGC, gère les activités sociales pour les 13.000 salariés des deux parcs et des hôtels de Disneyland. Le nombre élevé d’employés devrait en faire un CE important. Pourtant, les caisses du CE sont désespérément vides depuis deux ans, comme le dénonce David Charpentier, du syndicat FO.

“Il n’y a plus d’argent“, regrette-t-il :

Selon une source judiciaire, "des détournements auraient été dissimulés par celui qui avait en charge la saisie informatique" des données mais "la personne qui aurait empoché le numéraire conteste les faits".

Pour compenser ces pertes, l'entreprise a "accordé en mai 2009 un versement exceptionnel de 500.000 euros pour que le CE renfloue ses comptes", une "première" dans l'histoire de Disney", rappelle Daniel Rovedo, élu au CE et délégué syndical CFDT.