Avec Dongfeng, Renault met un pied en Chine

  • A
  • A
Avec Dongfeng, Renault met un pied en Chine
@ REUTERS
Partagez sur :

AUTOMOBILE - La marque au losange espère ainsi conquérir le marché chinois, comme PSA prévoyait de le faire avec le même constructeur.

L'annonce était tombée lors de la visite de Jean-Marc Ayrault début décembre : les autorités chinoises avaient donné leur feu vert à Renault pour s'installer en Chine. Le groupe automobile français a signé lundi en Chine l'accord lançant une co-entreprise entre la marque au losange et Dongfeng. Les deux groupes possèderont chacun 50% des parts de la nouvelle entité.

Une alliance attendue depuis longtemps. Renault n’avait pas encore réussi à se lancer sur le premier marché mondial. Il était d’ailleurs l’un des rares constructeurs à ne pas avoir d’activité de production en Chine, alors que les ventes de voitures sont en constante augmentation. Les deux groupes avaient signé un protocole d’accord en mars 2012, ils attendaient la validation du projet par la Commission nationale pour le développement et la réforme (NDRC), la plus haute autorité économique chinoise.

03.03 Renault Zoé

© Reuters

Un partage égal. Renault et Dongfeng posséderont chacun 50% des parts de la nouvelle entité, qui représente un investissement de 7,76 milliards de yuans (932 millions d'euros) et devrait produire 150.000 véhicules par an sur le territoire chinois.

Dongfeng, le partenaire des constructeurs français. Renault arrive sur un terrain déjà occupé par PSA. La marque au lion PSA devait signer une coentreprise avec le constructeur chinois à hauteur de 1,5 milliard d’euros. Toutefois, des rumeurs ont laissé entendre que Dongfeng ne serait intéressé que par 10% du capital de PSA. Les négociations entre les deux Français et le géant chinois portent notamment sur les transferts de technologies, que PSA comme Peugeot, veulent protéger au maximum. 

dongfeng

L’accord Renault-Dongfeng, un risque pour PSA ? La signature d’un accord entre Dongfeng et le principal concurrent de PSA pourrait être perçue comme un obstacle au rapprochement de PSA et du constructeur chinois. Pourtant, selon un expert du secteur, qui souhaite rester anonyme, il n’en est rien : "C’est le mode de fonctionnement de Dongfeng que de signer des partenariat". Il rappelle également que l’accord entre Renault et Dongfeng était attendu et que les négociations pour rapprocher PSA et le groupe chinois sont toujours en cours, et pourraient bien aboutir dans un futur proche.  

Joint venture vs entrée au capital. Autre point qui devrait rassurer les actionnaires de PSA : les deux contrats signés entre les constructeurs français et le Dongfeng sont très différents. L’accord entre Renault et l’entreprise chinoise est une joint venture. Les deux associés se partagent à parts égales une entité située sur le territoire chinois. Dans le cas de PSA, en plus de cette joint venture, l’entreprise chinoise entre au capital de l’entreprise française et a donc un droit de vote au conseil d’administration et s’implique dans la politique de l’entreprise, en échange d’argent frais. 

sur le même sujet

ZOOM - PSA va changer de visage

INFO - PSA devrait grossir de 3 milliards d’euros

ZOOM - PSA prêt à s'allier avec le chinois Dongfeng