Auto : l’effet "prime à la casse" persiste

  • A
  • A
Auto : l’effet "prime à la casse" persiste
Les ventes d'automobiles continuent à bien se porter, malgré la fin de la "prime à la casse".@ REUTERS
Partagez sur :

Les immatriculations de voitures neuves ont bondi de 13,7% en février, PSA et Renault en profitent.

Malgré une année 2011 annoncée comme difficile, les immatriculations de voitures neuves ont bondi de 13,7% en France en février, selon les chiffres publiés mardi par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

Le secteur automobile profite toujours des effets de la prime à la casse, puisque 204.486 voitures particulières neuves ont été immatriculées en France le mois dernier, qui comptait le même nombre de jours ouvrables que l'année dernière. "La tonalité a été moins pessimiste que ce que l'on pouvait imaginer", a commenté François Roudier, directeur de la communication du CCFA.

PSA et Renault en profitent

PSA Peugeot Citroën a vu ses ventes progresser de 11,1% et le groupe Renault de 13,6%. La marque Renault seule a affiché +19,1% de progression, tandis que Dacia, la marque "low-cost" du groupe, a reculé de -10,9%. Sur un moins, les marques françaises enregistrent une progression de 9,7%, les ventes des constructeurs étrangers ayant, elles, bondi de 12,2%.

"Notre carnet de commandes est au même niveau que l'année dernière", s’est félicité Philippe Varin, président du directoire de PSA, lors d'une table ronde avec la presse. Par conséquent, PSA se montre légèrement plus optimiste qu'au moment de la présentation de ses résultats à la mi-février, où il avait dit tabler sur un marché automobile stable en Europe et sur une baisse de 10% en France.

La prime à la casse a pris définitivement fin le 31 décembre dernier, ce qui a créé un appel d'air en faveur de commandes de véhicules neufs en fin d'année. Mais l’année 2011 devrait néanmoins être celle d’une croissance "zéro plus" en Europe, selon l’expression de Philippe Varin. Les constructeurs semblent néanmoins anticiper un retour de la croissance à moyen terme, puisqu'après une année 2010 dominée par les ventes de petits modèles, le salon de l'automobile de Genève présente beaucoup de modèles plus chers, les voitures familiales et celles dites "de loisir".