Aulnay : un acquéreur promet 600 postes

  • A
  • A
Aulnay : un acquéreur promet 600 postes
@ MAX PPP
Partagez sur :

C'est un premier pas annoncé par la direction de PSA. Un petit pas. Aulnay compte 3.400 employés.

Les syndicats de PSA découvrent peu à peu à quelle sauce ils vont être mangés. A quelques heures d’une réunion tripartite avec Arnaud Montebourg, direction de l’entreprise et délégués du personnel se retrouvaient jeudi matin pour un premier round de négociations.

Aucun licenciement annoncé à Aulnay

Les salariés de l’usine d’Aulnay-sous-Bois peuvent également se satisfaire de progrès sur la question de l’avenir du site. Si Philippe Varin, président du directoire de l’entreprise, n’envisage pas de revenir sur sa fermeture, comme il l’a déclaré au micro d’Europe 1, le groupe pourrait avoir trouvé un repreneur pour le site.

ID Logistics, groupe de logistique implanté dans quatre pays et qui compte 9.000 salariés, pourrait s’installer à Aulnay avant la fin 2013. Selon les syndicats, cet acquéreur envisagerait de créer 600 emplois, "complètements proposés" aux salariés de PSA. Rapporté aux quelque 3.400 personnes travaillant actuellement sur le site, cela fait bien peu, mais c’est un début.

Pour les salariés qui ne seront pas repris par ID Logistics, Philippe Varin a déjà promis qu’il n’y aurait pas de licenciements secs : "Cela passera soit par des plans de reclassement interne, soit par le traitement des salariés les plus défavorisés, soit par des mesures de revitalisation. Le reste se fera par des départs volontaires."

La direction recule sur la mobilité interne

Les syndicats ont également obtenu une concession de la direction du groupe, qui a renoncé à passer en force sur la question de la mobilité interne. "C’est un tournant, un pas dans le dialogue, une première victoire", s’est exclamée Tanja Susset, représentante Syndicat indépendant de l'Automobile (SIA) de l'usine d'Aulnay-sous-Bois. La question devrait maintenant faire l’objet de négociations internes au cours du mois de novembre.

>> A VOIR EGALEMENT : Axel de Tarlé décrypte l'appel au secours de PSA