Aulnay : plus chaude sera la rentrée

  • A
  • A
Aulnay : plus chaude sera la rentrée
Les ouvriers de l'usine PSA, en vacances, ont promis une forte mobilisation en septembre.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les ouvriers de l'usine PSA, en vacances, ont promis une forte mobilisation en septembre.

Ils partent en vacances jeudi, mais contrairement aux autres vacanciers, ils n'auront pas l'esprit léger en sortant de l'usine. Alors que l'usine PSA à Aulnay-sous-Bois ferme pour les congés annuels, les salariés ont promis mercredi de se mobiliser dès leur retour, le 4 septembre prochain. "On sera ton pire cauchemar !", pouvait-on lire sur une banderole, à l'adresse de leur patron, Philippe Varin. 

"On doit avoir une mobilisation énorme et qui fasse peur"

Gaëtan Minardi a l'impression de partir en vacances avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Même s'il part en vacances, il restera en contact avec ses collègues pour préparer la mobilisation de la rentrée. "Que voulez-vous qu'on fasse ? Qu'on mette un genou à terre et qu'on dise 'massacrez-nous gentiment'?", dénonce-t-il sur Europe 1. "Il ne faut pas trop attendre. Avant la fin de l'année, on doit avoir une mobilisation énorme et qui fasse peur", ajoute-t-il.

Les salariés de PSA sont déjà remontés et promettent d'être mobilisés en septembre. "La rentrée va être chaude, la mobilisation sera forte et très suivie, il va falloir être en forme et, pour ça, on va aller se changer les idées et se reposer en vacances", a de son côté expliqué Pascal Rivière, salarié au service qualité, à la sortie de l'usine d'Aulnay.

"On est prêt à tout, il ne faut rien lâcher"

"Il faut entrer dans l'action dès le retour de vacances le 4 septembre", clame également Mohammed Khenniche, délégué du syndicat SUD. "Il n'est pas exclu de bloquer la production ou encore les sorties des véhicules pour les ventes. On est prêt à tout, il ne faut rien lâcher", a-t-il assuré. Le mot d'ordre de la CGT est le même. "On est prêt à tout et on ne s'interdit absolument rien", affirme Patrice Zahn, délégué syndical.

Au-delà d'Aulnay, la CGT veut organiser une riposte nationale. Le délégué central du syndicat, Marcel Mera, espère convaincre un maximum de salariés, de tous les sites du groupe, de le suivre. Objectif affiché : contraindre la direction à renoncer purement et simplement aux suppressions d'emplois. "C'est une longue bataille qui s'annonce, mais on a hâte d'être à la rentrée pour faire des actions", déclare-t-il sur Europe 1. Des assemblées générales sont d'ores et déjà prévues dans toutes les usines dès la première semaine de septembre.