Attention, prix des aliments en hausse !

  • A
  • A
Attention, prix des aliments en hausse !
@ MAXPPP
Partagez sur :

Café, blanc de dinde et jus de fruits : en 6 mois, les prix ont progressé en moyenne de 3%.

C’est la valse des étiquettes. Entre octobre et avril, les prix des produits de grandes marques vendus en grande surface ont fortement augmenté. C’est le constat de 60 millions de consommateurs, qui a réalisé une enquête sur les prix alimentaires. Et ce, à partir d'un panier type de 92 produits. Selon le magazine, deux tiers des articles de marque ont vu leur prix progresser en moyenne de 3%. Certains affichent même des hausses jusqu’à 20%. Europe1.fr vous explique pourquoi les prix ont autant augmenté.

Plusieurs raison à cette inflation

La flambée des prix des matières premières. Depuis le mois d’avril, les matières agricoles ont joué avec les records sur les marchés internationaux. Le café, par exemple, est monté jusqu’à 302,50 cents, soit environ 213 centimes d'euros, à New York, un niveau pas atteint depuis 1977. La raison de cette brusque hausse ? Les conditions météorologiques qui perturbent les cultures. En France, pénalisés par les fortes chaleurs et les irrigations interdites, les céréaliers font face à une perte de production et à des céréales de qualité moyenne. Forcément, cette progression est ensuite répercutée dans les rayons.

Une hausse dissimulée. Les professionnels usent parfois de stratagèmes pour camoufler l’inflation dans les rayons. Les promotions qui se succèdent dans les supermarchés empêchent le consommateur de se souvenir du prix de départ des produits. "Huit fois sur dix, les prix pratiqués après la campagne de promotion sont supérieurs à ceux pratiqués avant cette phase", a assuré sur Europe 1 Marie-Jeanne Husset, directrice de la rédaction du magazine de l'Institut national de la consommation (INC).

Les industriels rusent également en utilisant le phénomène de l’"inflation masquée". Ils modifient le poids ou la recette d’un produit, tout en conservant le même prix unitaire ou en l’augmentant fortement. C’est le cas par exemple des bâtons de poissons surgelés Croustibat, dont le paquet est passé de 20 à 18 : "les 20 étaient à 3,52 euros en octobre 2010 et les 18 coûtaient 3,58 euros fin avril dans le même magasin", a relevé le magazine.

Les produits en augmentation

Mais quels sont les produits concernés par cette forte hausse ? Le point avec Europe1.fr.

La viande, la plus grosse augmentation. Le blanc de dinde et les lardons sont les champions du panier de 60 millions de consommateurs. Le premier sous la marque Fleury Michon s’est littéralement envolé avec +20% d’augmentation, ce qui fait craindre au magazine "des variations dans les mois à venir pour ce type d’article". Les lardons Herta ont progressé en moyenne de 6%, avec des pointes à 10% et allant jusqu’à 20%. Côté bœuf, l’augmentation est aussi effective, bien que la production ne dépende pas du coût de la nourriture animale, contrairement à la volaille. Ainsi, les steaks hachés Charal congelés ont atteint 8% de hausse.

Un petit déjeuner brûlant. Particulièrement exposés à l’augmentation des matières premières, les produits du premier repas de la journée subissent une importante hausse. Cela devient cher de manger une tartine avec de la confiture d’abricots Bonne maman, qui subit une augmentation de 13%. Autre augmentation selon le magazine : +11% pour les dosettes de café Senseo, +8% pour le café moulu Carte noire ou encore +7% pour le chocolat Nesquick.

Mieux vaut éviter le chocolat au goûter… Après la flambée du cacao sur les cours internationaux en début d’année - en raison du conflit en Côte d’Ivoire, premier producteur -, les industriels répercutent la hausse des prix. Ainsi, la crème Mont Blanc au chocolat est en hausse de 6% selon 60 millions de consommateurs. C’est le cas également de la tablette Nestlé, qui progresse de 5%, devant le Twix dont le prix monte de 4%. Attention, prévient le mensuel, "de nombreux plaquettes de chocolat retrouveront un niveau de prix très élevé après la fin des promos dont elles bénéficient".

Les produits laitiers sont les ennemis du portefeuille. En raison de l’augmentation du prix du lait, "20 produits laitiers ont augmenté sur les 30" que contient le chariot de 60 millions de consommateurs. En tête : la margarine St Hubert et le beurre Président, avec 6% d’augmentation. Le petit Gervais aux fruits et le camembert Président ont aussi bondi, de 5% par exemple. Par ailleurs, le magazine n’a pas constaté d’augmentation sur les yaourts.

La mauvaise nouvelle, c’est que cette hausse n’est que le début. La Fédération du commerce et de la distribution (FCD) a déjà prévenu de future hausse pour la farine, le café ou les pâtes.