Assurances : la guerre des prix est déclarée

  • A
  • A
Assurances : la guerre des prix est déclarée
@ DR
Partagez sur :

CONSO - Changer d’assureur est plus facile depuis le 1er janvier et la loi Hamon. Les consommateurs en profitent.

Depuis l'entrée en vigueur de la loi Hamon, au 1er janvier, les règles du jeu ont changé dans le monde des assurances. Finie l’attente de la date anniversaire du contrat : après un an de contrat, le consommateur peut désormais le modifier quand il le souhaite ou le résilier. Une liberté dont les Français se sont déjà emparés : sur les trois premiers mois de l'année, déjà 8% des Français ont résilié leur contrat d'assurance auto. En face, les assureurs n’hésitent plus à faire un effort tarifaire pour conserver leurs clients ou en gagner de nouveaux.

La loi Hamon entre dans les moeurs. Après la guerre des prix dans les télécoms provoquée l’arrivée de Free, puis la vague de renégociations de prêts immobiliers suscitée par la baisse des taux, c’est au tour du secteur des assurances de connaître une mini-révolution. Depuis l’entrée en application de la loi Hamon, les consommateurs peuvent en effet changer plus facilement d’assureur. Une nouveauté que les Français ont visiblement bien intégrée : six Français sur dix connaissent aujourd’hui cette loi selon une étude Opinionway réalisée pour les comparateurs de prix sur internet LesFurets.com.

Quelques démarches et une économie de 30 euros par mois. Les consommateurs connaissent la loi et ils s’en servent : sur les trois premiers mois de l'année, 8% ont résilié leur contrat d'assurance auto. C'est notamment le cas de Thibault, cadre en entreprise, qui a réalisé près de 350 euros d’économies après quelques démarches : "je payais à peu près 150 euros pour être assuré au tiers sur ma voiture. Maintenant, je vais payer 30 euros de moins pour être assuré tous risques", résume-t-il.

"J’ai rempli un devis, cela m’a pris à peu près 10 minutes et j’ai reçu quatre à cinq offres à des prix meilleurs que la mienne. J’ai donc téléphoné à l’assureur le moins cher, ils m’ont fait un devis précis. Quand j’ai vu que c’était beaucoup moins cher, j’ai téléphoné à mon assureur qui m’a dit de lui envoyer le devis (concurrent). Il s’est aligné sur la meilleure assurance sur internet", précise Thibault.

Un afflux de visites chez les comparateurs. Thibault n’est visiblement pas le seul à avoir fait jouer la concurrence : les comparateurs en ligne observent une hausse substantielle de leur fréquentation depuis le début de l’année. "Nous, ce que nous avons constaté, c’est une accélération très forte des visites et des devis. Quand je dis très forte, c’est 70% de croissance des devis réalisés sur notre site. Et les assureurs sont prêts à faire ces économies parce que cela coûte plus cher d’acquérir de nouveaux clients que de garder un historique", confirme Hamid Benamara, directeur général du comparateur sur internet LesFurets.com.

Chez certains assureurs, les nouveaux contrats dûs à la loi Hamon représentent même près de 10% du chiffre d'affaires actuel. Une concurrence renforcée qui permettra, peut-être, de faire baisser les tarifs l'an prochain.