Après les "légumes moches", place aux "couteaux moches"

  • A
  • A
Après les "légumes moches", place aux "couteaux moches"
@ THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Partagez sur :

Une usine de coutellerie de Thiers a décidé d'écouler à prix cassés des ustensiles mis de côté pour des défauts esthétiques mineurs. 

Après "les fruits et légumes moches", le collectif des "Gueules Cassées", qui lutte contre le gaspillage alimentaire, étend son partenariat à l'industrie pour commercialiser couteaux et ustensiles de cuisine déclassés. A l'origine de la démarche, l'entreprise familiale Déglon, installée à Thiers dans le Puy-de-Dôme, capitale française de la coutellerie, qui souhaitait se débarrasser de produits entassés depuis des années dans un coin de son usine.

"Entre 50 et 90% moins cher". "Au lieu de les mettre à la benne ou de les vendre au kilo chez un ferrailleur, ces couteaux pourront avoir une seconde vie", a expliqué le directeur des ventes Moïse Déglon. Quelque 25.000 produits du coutelier, spécialisé dans la vente aux professionnels des métiers de bouche, ainsi que des milliers de couverts, seront vendus avant Noël "entre 50 et 90% moins cher" chez l'un des leaders français de la grande distribution, précise le coutelier.

Des marques et des éraflures. Ces produits, totalement fonctionnels, avaient été mis au rebut en raison de légers défauts esthétiques (marques, éraflures, oxydations...), pas toujours visibles au premier regard mais ne pouvant pas être repris, sur la lame ou sur les manches des ustensiles.

"Anti-gaspi". Selon le directeur des ventes, les avantages de ce partenariat seraient autant "économiques qu'écologiques" et permettront à l'avenir "d'éliminer les coûts cachés" de l'entreprise. "C'est une brèche qui est en train de s'ouvrir. Déglon est la première entreprise de produits manufacturés au monde à utiliser ce repère anti-gaspi pour écouler ses produits", a abondé Nicolas Chabanne, le fondateur de l'initiative des "Gueules Cassées".