Apple épinglé au Japon pour des impôts impayés

  • A
  • A
Apple épinglé au Japon pour des impôts impayés
Apple a déjà été accusé d'"avantages fiscaux illégaux" en Europe, notamment en Irlande. Image d'illustration.@ DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Partagez sur :

Le Japon a découvert qu'une somme importante avait été transférée à une entité irlandaise d'Apple, sans être correctement déclarée, échappant ainsi à l'impôt.

Le géant américain Apple, sur la sellette en Europe pour des "avantages fiscaux illégaux" perçus en Irlande, a aussi eu des soucis au Japon pour cause d'impôts impayés relatifs à des transferts d'argent vers Dublin, ont rapporté vendredi des médiaux locaux.

Une somme importante transférée en Europe. Le Bureau régional des taxes de Tokyo a ordonné à sa filiale iTunes KK de s'acquitter du paiement de 12 milliards de yens (104 millions d'euros), ce qu'elle a fait depuis, selon le quotidien à grand tirage Yomiuri et d'autres organes de presse. Les autorités japonaises ont découvert qu'une somme importante (60 milliards de yens) avait été transférée à une entité irlandaise d'Apple entre 2012 et 2014, sans être correctement déclarée, échappant ainsi à l'impôt, a précisé l'agence Kyodo.

Pas de commentaires du côté d'Apple. Le Bureau des taxes n'a pas souhaité faire de commentaire. Même réponse d'Apple Japan, plus préoccupé vendredi par le lancement de l'iPhone 7.

Des "avantages fiscaux indus" en Irlande. La firme à la pomme a récemment été sommée par la Commission européenne de rembourser à l'Irlande plus de 13 milliards d'euros d'"avantages fiscaux indus", assimilés à des aides d'État, à l'issue d'une longue enquête. Dublin, "en profond désaccord avec cette décision", et l'entreprise informatique américaine ont immédiatement annoncé leur intention de faire appel de cette décision, qualifiée par Apple de "néfaste" pour l'investissement et la création d'emplois en Europe. Connue pour sa fiscalité particulièrement attractive, l'Irlande a attiré de nombreuses entreprises au cours des dernières années, dont des multinationales américaines qui y ont installé leur siège européen.