Alpes : ils ne veulent plus voir le loup

  • A
  • A
Alpes : ils ne veulent plus voir le loup
Partagez sur :

Plusieurs milliers de manifestants ont dénoncé samedi à Thônes, en Haute-Savoie, la présence en liberté du loup dans les zones de pâturage des montagnes françaises.

"Pas de loup dans la bergerie" pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les milliers de manifestants qui ont défilé samedi à Thônes en Haute-Savoie. Chasseurs, éleveurs et agriculteurs de la région Rhône-Alpes… Ils étaient 2.500, selon les gendarmes, 5.000 selon les organisateurs à manifester dans une ambiance bon enfant. L'association "Vivre sans le loup", créée en soutien à un chasseur mis en examen pour avoir abattu un loup en février 2009 en Haute-Savoie, était fortement représentée parmi les manifestants.

"Nous ne demandons pas qu'il soit abattu mais qu'il soit déplacé dans des grands espaces. Sa cohabitation avec le pastoralisme est impossible", a expliqué Jean-Claude Croze, directeur de la Fédération départementale des syndicats des exploitants agricoles (FDSEA) de Haute-Savoie.

736 attaques de loups ont été indemnisées en 2008 à travers l'Hexagone. Cela représente 2.677 bêtes tuées, principalement des chèvres et des moutons. Il y aurait environ 150 loups en liberté en France.