Alimentation : flambée dans les rayons

  • A
  • A
Alimentation : flambée dans les rayons
@ REUTERS
Partagez sur :

Le prix des produits alimentaires va bondir en 2011, suite à la hausse des matières premières.

L’année 2011 ne sera pas celle du pouvoir d’achat. Après la hausse des prix de l’essence, du gaz, de l’électricité et des assurances, c’est au tour du secteur agroalimentaire d’annoncer une flambée des prix.

Cette hausse, dont le niveau moyen sera de 2 à 3,5%, pourra atteindre 20% dans le cas de la farine. Exemple le plus symbolique, le prix d’un paquet de pâtes coûtant 1,50 euro passera à 1,60 euro, une inflation due à la hausse des matières premières agricoles.

Cette hausse "sera modérée, de l'ordre de 2%", a estimé Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD), qui représente l'essentiel de la grande distribution, à l'exception de Leclerc et Intermarché.

Une hausse moyenne au-dessus 2%

Mais ce chiffre d’une hausse 2% n’est qu’une moyenne qui cache de fortes disparités : elle concerne la totalité des produits, alimentaires et non alimentaires, qui ont fait l'objet de négociations tarifaires entre les groupes de distribution et leurs fournisseurs.

La FCD n'a pas communiqué l'évolution prévue pour les seuls prix alimentaires : officiellement, elle n’a pas fait le calcul. Mais une porte-parole a concédé que leur augmentation serait "certainement un peu supérieure" à cette moyenne de 2%. De son côté, Michel-Edouard Leclerc avait annoncé début mars une hausse des prix alimentaires de 3 à 3,5% en moyenne.

Producteurs et consommateurs s’insurgent

La FNSEA, principal syndicat agricole français, s'est dit "scandalisée" par l'ampleur des hausses annoncées et "l'opacité" qui entoure ces augmentations. Le syndicat a notamment évoqué la hausse du pain où la part de la matière première est minime, le blé ne représentant qu'environ 5% du prix.

"Quand il y a des baisses, parce que sur la décennie écoulée il y a bien eu des baisses sensibles de prix agricoles, dans ce cas-là le consommateur n’en bénéficie pas et les prix restent généralement stables dans les rayons. Il y a un véritable problème puisque cela fonctionne à sens unique", dénonce Charles Pernin, de l’association de consommateurs CLCV.

Les hausses de prix prévues par la FCD

Voici les hausses de prix prévues par la FCD pour les principales catégories de produits alimentaires :

Pâtes alimentaires : 5 à 10%
Pain : 5 à 7 %
Farine : 15 à 20 %
Beurre de 4 à 8 %
Huile : 5 à 8 %
Fromage : 2 à 4 %
Biscuits : 3 et 10 %
Café : 10 à 20 %

Certains articles devraient toutefois échapper au mouvement de hausse, comme les plats cuisinés, certaines eaux minérales, le riz ou encore les glaces, a tenu à faire savoir la FCD.