Air France va maintenir l'accord d'entreprise des hôtesses et stewards jusqu'en février 2017

  • A
  • A
Air France va maintenir l'accord d'entreprise des hôtesses et stewards jusqu'en février 2017
Le point de discorde repose sur la durée du nouvel accord d'entreprise.@ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

Selon les syndicats, Air France va maintenir l'accord d'entreprise des hôtesses et stewards jusqu'en février 2017.

La direction d'Air France a annoncé aux syndicats d'hôtesses et stewards le maintien jusqu'en février 2017 de leur accord collectif qui expire fin octobre et ce, afin de disposer de temps pour mener des "négociations sérieuses et sereines", dans un courrier. 

Double négociation. Au septième et dernier jour d'une grève des personnels navigants commerciaux (PNC), Air France leur propose une double négociation à partir du 24 août. La première porterait sur "un accord collectif à durée indéterminée" sur les carrières et certaines règles de rémunération -"une première dans le monde PNC" -, la seconde sur les "autres règles" qui "continueraient de relever d'un accord à durée déterminée" avec la possibilité de moduler la durée des différentes dispositions au sein de l'accord.

"Dépasser les blocages". Air France dit vouloir "distinguer ces deux situations" "pour répondre à l'attente de stabilité à long terme de certaines règles" et "dépasser" les blocages rencontrés dans les négociations menées depuis la mi-avril. "Notre négociation bute sur la question de la durée de l'accord collectif à durée déterminée", est-il rappelé dans le courrier. Mais "la direction ne s'engagera pas sur une période de 3 ou 5 ans sans possibilité de devoir s'adapter si nécessaire à des évolutions de notre environnement", est-il aussi dit.

La durée de l'accord au cœur du conflit. Le renouvellement de l'accord d'entreprise qui fixe notamment les règles de rémunération, de travail et de carrière des hôtesses et stewards d'Air France, a été au coeur de la grève menée du 27 juillet au 2 août. Pour désamorcer ce conflit en plein chassé-croisé estival, la direction avait proposé début juillet de reconduire jusqu'en mars 2018 l'accord existant "avec certaines modifications mineures". Une durée "insuffisante" pour les syndicats qui ont réclamé 3 à 5 ans, voire un accord à durée indéterminée comme les autres catégories du personnel.