Air France : pourquoi les pilotes appellent à la grève

  • A
  • A
Air France : pourquoi les pilotes appellent à la grève
@ reuters
Partagez sur :

TRAVAIL - Le principal syndicat des pilotes d’Air France rejette le plan stratégique proposé par leur direction qui vise à développer le low-cost. 

Le SNPL Alpa, premier syndicat de pilotes à Air France, a lancé un préavis de grève du 15 au 22 septembre. Malmenée par des compagnies à bas coûts ainsi que par les compagnies asiatiques, le groupe Air France-KLM a officiellement lancé jeudi son nouveau plan stratégique qui applique une stricte discipline financière mais qui ne séduit pas les pilotes. Les syndicats y sont globalement opposés. On vous explique pourquoi.

>> LIRE AUSSI - En avion, protégez ses genoux peut s'avérer dangereux

A l'origine, "Perform 2020". Le plan stratégique d’Air France vise à faire de sa filiale Transavia un acteur incontournable du Low-cost en Europe.  "A l'horizon 2017, Transavia devrait s'imposer parmi les acteurs "low cost" leaders du secteur en Europe, comptant plus de 20 millions de clients et opérant une flotte de 100 avions", affirme Air France-KLM.

Le développement de Transavia France se fera "sans transfert d'activité depuis Air France, sans externalisation ni sous-traitance", assure le PDG. Sa flotte passerait de 14 à 37 avions, ce qui représente selon lui "220 à 250 nouveaux emplois de pilotes à l'horizon 2019".

Air France dépouillé par Transavia ? Mais pour le SNPL Alpa, les projets de développement de Transavia en France et en Europe traduisent "une volonté manifeste d'externalisation et de délocalisation de l'activité moyen-courrier", selon Jean-Louis Barber, président du syndicat. "Sur son réseau moyen-courrier, Air France va passer de 136 à 102 avions. Les créneaux sont réutilisés par Transavia, je ne vois pas comment appeler ça autrement que de l'externalisation", explique-t-il.

Quant à la création annoncée de nouvelles bases Transavia en Europe, "c'est une délocalisation pure et simple" et "on ne sait pas si ces nouvelles entités vont piller le marché français ou hollandais", ajoute M. Barber.

>> VIDÉO - Préavis de grève à Air France

Un contrat unique pour tous les pilotes. Dans une interview au quotidien Les Echos mercredi, Alexandre de Juniac a rejeté la principale revendication des syndicats : un contrat unique pour les pilotes aux conditions actuelles d'Air France, qui sont plus avantageuses que celles de Transavia.

Le PDG s’est néanmoins dit prêt "à discuter" de "compensations" pour les pilotes "volontaires pour aller travailler chez Transavia", où les conditions d'emploi et de rémunération sont moins avantageuses pour les pilotes.

Une grève "massive". Le SNPL Alpa prévoit la semaine prochaine un mouvement de grève "massif", a affirmé Jean-Louis Barber, président du syndicat. Le préavis court du 15 septembre à 5 heure du matin jusqu’au 22 septembre. Les pilotes devant se déclarer 48 heures à l’avance, la direction d’Air France-KLM ne pourra chiffrer l’ampleur de la grève que samedi matin.  

Vendredi à 17 heures, c’est une réunion de la dernière chance qui aura lieu afin de concilier la direction et les syndicats. 

>> LIRE AUSSI - RyanAir drague les voyageurs d'affaires