Air France : pour la justice, les pilotes n'ont pas respecté leurs précédents engagements

  • A
  • A
Air France : pour la justice, les pilotes n'ont pas respecté leurs précédents engagements
@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

JUSTICE - Le tribunal de grande instance de Bobigny a confirmé que les pilotes n'ont pas respecté leurs engagements pris lors du précédent plan de restructuration, baptisé Transform.

La décision risque d'affaiblir un peu plus les pilotes de ligne dans leur bras-de-fer avec Air France. Saisie par la direction de la compagnie aérienne, le tribunal de grande instance de Bobigny a estimé vendredi que le syndicat de pilotes majoritaire SNPL n'avait pas respecté ses engagements pris lors d'un précédent plan de restructuration.

La direction d'Air France accusait les pilotes de ligne d'être la seule catégorie de personnel à ne pas avoir atteint les objectifs fixés par le plan Transform, une manière de mettre la pression sur la corporation la plus opposée au nouveau plan baptisé Perform 2020. Air France "se félicite de ce jugement qui permettra, par le respect des accords conclus, de finaliser le Plan Transform 2015 Pilotes, dans le cadre d'un dialogue social constructif pour le futur de l'entreprise", a indiqué une porte-parole du groupe.

Les pilotes rattrapés par leurs engagements passés. Les difficultés d'Air France ne sont pas nouvelles : bien avant le nouveau plan en négociation (Perform 2020), la compagnie aérienne a lancé dès 2012 un plan de réorganisation baptisé Transform 2015. L'objectif est que chaque catégorie de personnel arrive à augmenter sa productivité de 20%, ce que les syndicats ont alors accepté. Mais une fois arrivée l'heure de faire les comptes, les pilotes sont les seuls à ne pas avoir joué le jeu, la direction avançant le chiffre de 13%. Le premier syndicat de pilotes estime de son côté que les contreparties promises par la compagnie au moment de la signature de l'accord d'entreprise, en 2012, n'ont pas été respectées.

Une manière d'acculer les pilotes. Là où ce genre de désaccord se règle en interne, la direction avait décidé de saisir la justice. D'abord parce que le dialogue social est particulièrement tendu chez Air France. Ensuite parce que cela lui permet de mettre un peu plus la pression sur les pilotes afin qu'elle signe le nouveau plan de réorganisation. Devenue une proie facile en raison de leur régime très avantageux que la direction cible spécifiquement à travers les médias, les pilotes sont donc sur la sellette. Mais cette décision de justice va-t-elle faciliter la signature du nouveau plan Perform 2020 ? Rien n'est moins sûr : les pilotes voulaient déjà revoir à la baisse le nouvel objectif de productivité fixé par la direction. Ils vont en plus devoir rattraper ce qu'ils n'ont pas fait au cours des trois dernières années.