Agriculture : Sarkozy crée la polémique

  • A
  • A
Agriculture : Sarkozy crée la polémique
@ MAXPPP
Partagez sur :

Nicolas Sarkozy sera absent lors de l’inauguration du Salon de l'agriculture. Il viendra à la clôture.

La rupture, principe que prône Nicolas Sarkozy depuis son élection à la présidence de la République, semble s’appliquer également au Salon de l’agriculture. Le chef de l’Etat a annoncé qu’a contrario des autres années et des habitudes des anciens présidents, il ne se rendra pas à l’inauguration de la manifestation. Nicolas Sarkozy a décidé de clôturer le salon, probablement le samedi 6 mars. Une décision qui fait grand bruit dans le secteur.

Positions divergentes

La FNSEA, principal syndicat agricole, a été le premier à lancer la polémique sur l’antenne d’Europe 1. Son président, Jean-Michel Lemétayer, a déploré vendredi au micro de Jean-Pierre Elkabbach que le président ne vienne qu'en fin de semaine, estimant que le chef de l'Etat avait "beaucoup de difficultés avec le monde paysan".

Les "Jeunes Agriculteurs" d'Ile-de-France, organisation proche de la FNSEA, a aussi regretté de son côté un "manque d'implication" de Nicolas Sarkozy. La Confédération paysanne, syndicat minoritaire, s'est dite "surprise pour ne pas dire choquée". Pour André Bouchut, responsable de ce syndicat proche de la gauche, l'absence du président "c'est un signe soit qu'il n'a pas de solutions soit qu'il a peur des paysans, des manifestations". Pour lui, "c'est une forme de mépris des paysans, en tout cas de la dure période qu'ils sont en train de vivre".

La coordination rurale en revanche ne s'en est pas formalisée. Pour ce syndicat minoritaire, proche de la droite, "cela ne va pas changer grand chose pour les agriculteurs que le président Sarkozy passe au salon, l'important c'est qu'il défende l'agriculture européenne à Bruxelles", a déclaré François Lucas, son président.

"C’est une bonne chose"

Pour tenter de calmer les esprits, le ministre de l'Agriculture - qui se rendra lui au Salon lors de l'inauguration - a assuré que Nicolas Sarkozy "est à l'écoute" des agriculteurs et qu'il leur apportera des "signes de soutien fort" au Salon de l'agriculture. Selon Bruno Le Maire, c'est "une bonne chose". C'est "une possibilité pour le président de la République de ramasser tous les débats qui auront eu lieu pendant la semaine, d'être à l'écoute des propositions, des inquiétudes, et de faire un certain nombre de propositions", a-t-il dit.