Agriculteurs : des tracteurs bloquent les accès à Saintes

  • A
  • A
Agriculteurs : des tracteurs bloquent les accès à Saintes
Une manifestation d'agriculteurs en colère, le 27 janvier dernier dans l'ouest de la France. Image d'illustration. @ FRED TANNEAU / AFP
Partagez sur :

Lundi matin tôt, une centaine de tracteurs ont bloqué plusieurs ronds-points d'entrée dans la ville de Saintes, en Charente-Maritime. 

Plus d'une centaine de tracteurs d'agriculteurs en colère ont bloqué lundi matin les accès à Saintes en Charente-Maritime. Cette nouvelle mobilisation a entraîné de fortes perturbations de circulation, dont la fermeture d'un échangeur de l'autoroute A 10, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Pneus, engins ou chariots. Une demi-douzaine de ronds-points stratégiques donnant accès à la ville par l'ouest, le sud et l'est, ont ainsi été bloqués par des tracteurs qui ont convergé depuis 4 heures du matin environ, les agriculteurs bloquant les giratoires soit avec leurs engins, soit par des pneus, soit par des chariots de supermarché.

Déviations. Au rond-point d'un des axes majeurs, en provenance de La Rochelle, la situation était calme vers 8h30, avec une trentaine de tracteurs présents, quasiment aucun automobiliste en raison de déviations mises bien en amont, et diverses banderoles clamant notamment "Pas d'avenir sans agriculteurs". Dans un communiqué la préfecture de Charente-Maritime a indiqué avoir fermé l'échangeur 35 de l'autoroute A10 à hauteur de Saintes pour éviter que les automobilistes viennent s'engluer dans le trafic perturbé de la rocade. Les nombreuses déviations mises en place permettaient une circulation "relativement correcte bien qu'au ralenti", à l'approche de l'heure de pointe autour de 9h.

Protestation contre les pratiques des grandes surfaces. Les manifestants, venus de divers points du département à l'appel de la FDSEA et du CDJA, protestent contre les prix d'achat des grandes surfaces. Ils attendaient la visite sur les barrages de tous les députés et sénateurs du département, sous peine de maintien des barrages. Le président du département Dominique Bussereau devait aller à la rencontre des agriculteurs dans la matinée.