Accidents du travail : Fillon désavoue Copé

  • A
  • A
Accidents du travail : Fillon désavoue Copé
Partagez sur :

Alors que Nicolas Sarkozy avait soutenu le projet, le premier ministre a indiqué qu’il ne figurait pas dans le budget 2010.

Jean-François Copé, le patron des députés UMP, assurait en début de semaine avoir eu le feu vert du gouvernement sur son projet de fiscalisation des indemnités journalières versées après un accident du travail. La chose semble, en fait, loin d’être entendue. Dans une interview au Journal du Dimanche, François Fillon explique que l’idée n’a pas été retenue dans le projet de budget 2010.

Nicolas Sarkozy, lors d’une interview télévisée depuis le G20de Pittsburgh mercredi, avait pourtant apporté son soutien personnel à cette réforme. "Lorsque vous travaillez, vous avez un salaire. Vous payez l'impôt. Lorsque vous êtes arrêté, vous avez une indemnité qui compense le salaire que vous n'avez plus. Pourquoi cette indemnité serait exonérée d'impôt si c'est un revenu de remplacement de votre travail ?", avait expliqué le chef de l'Etat.

"Le gouvernement comprend l'esprit" de ce projet, explique de son côté François Fillon, qui précise que "toutes les options" vont être examinées avec le Parlement.

Car le sujet est explosif. Les réactions ont été très vives de la part des associations, de l’opposition et y compris au sein même de la majorité. Il pourrait rapporter 150 millions d'euros à l’Etat. Mais de nombreux députés UMP et plusieurs membres du gouvernement n’ont pas caché leur scepticisme. Le président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer avait ainsi dit se sentir "mal à l'aise". La secrétaire d’Etat Nadine Morano avait précisé sur Europe 1 qu’elle n’était "pas chaude".

> La prime à la casse revue à la baisse