ABB pourrait supprimer 540 postes en France

  • A
  • A
ABB pourrait supprimer 540 postes en France
Partagez sur :

Les syndicats d’ABB, groupe spécialisé notamment dans les technologies de l’énergie, ont indiqué mardi que 540 postes étaient sur la sellette en France. Le principal site touché serait celui de Saint-Ouen-l'Aumône dans le Val-d'Oise.

540 postes au total pourraient être supprimés en France dans les usines du groupeABB. Soit 20% des effectifs. L’information a été dévoilée mardi par les syndicats de ce groupe helvético-suédois spécialisé dans les technologies de l’énergie. "ABB France fait face à une situation de marché structurellement difficile, dans la robotique et l'automation, avec une érosion des prix importante", avait déclaré lundi une porte-parole de l'entreprise.

La moitié des suppressions d’emplois pourrait concerner le seul site de Saint-Ouen-l'Aumône dans le Val-d'Oise qui est dédié à la robotique notamment pour l'automobile, un secteur particulièrement fragilisé en raison de la crise. Les usines de Mâcon en Saône-et-Loire et d'Aunay-sur-Odon dans le Calvados devraient fermées leurs portes.

Dans l’immédiat, la direction a seulement indiqué lancer un programme de restructuration baptisé "Ambition 2010", qui inclurait des licenciements. L'annonce d’un plan de sauvegarde de l'emploi pourrait être officialisée lors d'un comité central d'entreprise en début de semaine prochaine.