A quoi va ressembler la fiche de paie simplifiée ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Sur Europe 1, l'avocat Roland Perez fait le point sur la nouvelle fiche de paie, qui devrait apparaître cette année.

La simplification de la fiche de paie, qui va passer de 40 à onze lignes, est-elle une bonne nouvelle ? Comme vous le révélait Europe 1, ce dispositif va être expérimenté par 100.000 salariés cette année et sera étendu aux entreprises de plus de 100.000 salariés en 2017, avant d’être généralisé en 2018. Il fait partie du "choc de simplification" voulu par le gouvernement. Dans le Grand direct de l’actu sur Europe 1, l’avocat Roland Perez a évoqué les avantages et les inconvénients de ce nouveau bulletin de paie, vendredi.

Les cotisations regroupées par thématique… Les mentions figurant habituellement sur les fiches de paie seront regroupées par rubrique : famille, retraite, santé, etc. Ces dernières seront divisées en sous-titres, pour comprendre quelles cotisations correspondent à la Sécurité sociale, à la mutuelle ou encore aux accidents du travail. La rubrique retraite devrait indiquer clairement quelles parts correspondent à la retraite de base et à la retraite complémentaire. Comme l’a promis l’exécutif, le bulletin de salaire sera plus lisible mais pour Roland Perez, c’est aussi "un moyen de faire passer la pilule" et de donner l’impression aux salariés qu’ils payent moins de charges, alors que seul leur affichage a changé.

… et les points retraites escamotés ? Les bulletins de salaire actuels ont l’avantage de permettre aux salariés de compter leurs points retraite. Selon l’avocat, ils seront beaucoup moins visibles et compréhensibles sur la fiche de paie simplifiée. La déclaration annuelle données sociales devrait quant à elle être extrêmement simplifiée pour les patrons.
 
Une fiche de paie moins cher, mais un énorme investissement ? Aujourd’hui, chaque bulletin de salaire coûte entre 17,50 et 33 euros à l’employeur, explique Roland Perez. Ce montant devrait passer à douze euros avec ce nouveau dispositif. Mais cette réforme va nécessiter une mise vaste à jour ou la création de nouveaux logiciels de paie. Le montant de cette opération dans tout le pays a été estimé à environ 700 millions en 2014 par un dirigeant du Medef.