A quoi pourrait ressembler le compte personnel d'activité ?

  • A
  • A
A quoi pourrait ressembler le compte personnel d'activité ?
Partagez sur :

Un rapport remis vendredi matin doit préciser les contours de ce nouveau compte qui réunirait l'ensemble des droits sociaux des salariés.

Mieux connaître ses droits sociaux. Telle est l'ambition du Compte personnel d'activité qui devrait voir le jour début 2017. Un rapport de France Stratégie remis vendredi matin à Manuel Valls présente les contours de ce compte qui regrouperait l'ensemble des droits sociaux acquis tout au long du parcours professionnel. Ce sujet, présenté par François Hollande comme "la grande réforme sociale de [son] quinquennat", sera l'un des sujets majeurs de la Conférence sociale qui réunira à Paris gouvernement, patronat et syndicats à Paris. 

Un compte à vie. Aujourd'hui, difficile de s'y retrouver parmi la longue liste des droits individuels acquis dès le début de sa carrière (droits à la formation, points du compte pénibilité, épargne-temps...) qu'on n'utilise pas, faute de les connaître, à des moments-clé, comme lorsque l'on perd son emploi. Ce nouveau Compte personnel d'activité doit pallier la méconnaissance de chacun sur ses droits et suivra chaque salarié toute sa vie, afin qu'il reste maître de son parcours. Cela permettra notamment aux personnes en situation précaire de bénéficier des mêmes chances que les salariés bien installés dans les entreprises. 

Des droits convertibles. La particularité de ce Compte personnel d'activité réside dans sa flexibilité. Certains droits seraient ainsi convertibles. Les jours d'épargne-temps, par exemple, pourraient être transformés en droits à la formation en cas de manque. Et en cas de changement d'entreprise, ce compte continuerait de vivre et d'être alimenté, libre au salarié ensuite d'avertir son employeur sur ce qu'il contient, et de l'utiliser quand bon lui semble. 

Le rapport remis vendredi matin au Premier ministre suggère d'ouvrir ce compte dès l'âge de 16 ans, voire plus tôt si l'on est apprenti. Les jeunes sans qualification partiraient avec une petite dotation au départ. 

"Le dernier geste de Hollande pour l'emploi", écoutez l'édito éco d'Eric Le Boucher :