À Paris, les prix de l'immobilier repartent à la hausse

  • A
  • A
À Paris, les prix de l'immobilier repartent à la hausse
À Paris, les prix de vente au m² ont augmenté de 5 %.@ PHILIPPE LOPEZ / AFP
Partagez sur :

Les prix de l'immobilier ancien sont repartis nettement à la hausse à Paris dans de gros volumes de transactions, flirtant parfois avec des records au premier trimestre.

À Paris, les prix de l'immobilier sont repartis à la hausse. Et dans des proportions que les professionnels n'avaient plus observées depuis longtemps. Les prix ont ainsi atteint un niveau exceptionnel. "C'est du jamais vu, les prix immobiliers parisiens viennent d'établir un record absolu : 8.743 euros le m²", a affirmé Laurent Vimont, président du réseau Century 21 (groupe Nexity) qui compte 850 agences immobilières en France.

700 euros de plus au m². De janvier à mars, le prix moyen au m² dans la capitale, pour les transactions réalisées chez Century 21, a progressé de 5,1% en un an, pour atteindre un nouveau sommet, "près de 700 euros plus élevé qu'en 2015", précise-t-il.

Le prix moyen a également progressé de 5,2% au premier trimestre sur un an, à 8.277 euros le m² chez Guy Hoquet. Davantage implanté dans l'est de la capitale aux quartiers plus populaires, les ventes de Guy Hoquet se font à un prix un peu moins élevé.

La hausse des prix ne freine pas encore les ventes. Pour l'heure, cette nette remontée des prix ne freine pas les ventes, qui enregistrent une hausse à deux chiffres, de +20% chez Century 21, toujours au premier trimestre, comparé à la même période de 2016.

"Les prix parisiens peuvent atteindre 9.000 euros le m², certes, mais cela ne peut pas être sans conséquence à moyen terme sur le volume d'activité", avertit Laurent Vimont. "Rappelons-nous les leçons d'un passé pas si lointain : même les arbres ne peuvent monter jusqu'au ciel", dit-il.

Tensions à l'échelle nationale. Des premiers signes de tensions sur l'activité et donc sur les prix, sont pointés par Guy Hoquet, à l'échelle nationale : le nombre d'acquéreurs a bondi de 20% tandis que celui des biens à vendre s'est réduit de 15%, au premier trimestre.