A la découverte du monde rural...

  • A
  • A
A la découverte du monde rural...
@ MAXPPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE - Samuel Herblot a reçu mardi le chef de l’Etat. Il attendait des annonces.

"Jusqu’à maintenant, on avait l’impression qu’il ne nous comprenait pas. Est-ce que toutes les informations arrivaient à ses oreilles ? Je ne sais pas", résumait Samuel Herblot en parlant de Nicolas Sarkozy et du monde agricole la veille de sa venue. Cet exploitant, cultivateur de betteraves depuis deux ans, a été choisi par l’Elysée pour recevoir mardi le chef de l’Etat. "Il commence à s’intéresser au milieu rural, aux agriculteurs. C’est vrai qu’on est content de recevoir le chef de l’Etat chez soi", s’était-il réjoui au micro d’Europe 1.

Pour autant, Samuel Herblot n’est pas dupe : <iframe class="video" src="http://www.dailymotion.com/embed/video/21575321" frameborder="0"></iframe>

Le chef de l’Etat s'est rendu mardi à Buno-Bonnevaux, dans l’Essonne, pour tenter de se réconcilier avec le monde rural. Et le choix de l’exploitation de Samuel Herblot n’a pas été fait au hasard. L’homme de 33 ans fait partie des Jeunes agriculteurs d’Ile-de-France, ceux qui avaient déposé du fumier et de la paille en décembre dernier devant l’Elysée. Une action coup de poing pour faire entendre leurs voix à propos notamment de la baisse de revenus dans le monde paysan.

Des annonces ?

Un déplacement de Nicolas Sarkozy pour reconquérir un électorat qui lui a tourné le dos aux dernières élections. Mais les Jeunes agriculteurs espéraient des annonces, notamment une taxe sur les produits finis aux distributeurs. "Par mois, je vis avec 700 ou 800 euros. Je suis célibataire. Mais si je veux fonder une famille : comment faire ?", c’est la question que voulait poser Samuel Herblot au chef de l’Etat. La réponse du président de la République n'est finalement pas allée dans leur sens puisqu'il a refusé de revenir sur une baisse des aides aux céréaliers conséquences de la PAC.

Nicolas Sarkozy a visité l’exploitation à 10h, avant de présider une réunion sur les principaux dossiers de ce "secteur d'activité stratégique pour la France et pour l'Europe", précisait l’Elysée. Le chef de l'Etat était accompagné des ministres Bruno Le Maire (Agriculture), Michel Mercier (Aménagement du territoire) et de Christian Blanc, secrétaire d'Etat chargé du Développement de la région capitale, a précisé le communiqué.

Les revenus, principal dossier

La filière agricole traverse depuis deux ans une grave crise. En 2009, les agriculteurs ont vu leurs revenus dégringoler d'un tiers, après une année 2008 très difficile (-20%). Le 6 mars dernier, en visite au Salon de l'agriculture, le président Sarkozy avait tenté de les rassurer en s'engageant à les défendre, y compris à Bruxelles.