7.500 euros en cash, c'est louche

  • A
  • A
7.500 euros en cash, c'est louche
@ MAXPPP
Partagez sur :

Bruxelles veut mieux lutter contre le blanchiment. Dans le viseur ? Les grosses coupures.

De 15.000 à 7.500 euros.  A partir de quelle somme un paiement en cash est-il jugé suspect ? Actuellement, le seuil défini pour l'ensemble de l'Union européenne est de 15.000 euros. Jugé "trop élevé", il doit être abaissé à 7.500 euros, propose la Commission européenne. Concrètement, lorsqu'un acheteur demandera à payer en cash cette somme ou plus, le vendeur devra conserver les documents de l'opération, disposer de mécanismes de contrôle interne et surtout déclarer la transaction suspecte. "Les États membres pourront décider de baisser encore ce seuil", précise la Commission dans un communiqué. A noter cependant qu'en France, les particuliers qui n'exercent pas de profession commerciale, n'ont pas le droit de payer en espèces une transaction de plus de 3 000 euros, taxe comprise.

L'UE renforce sa vigilance. Cette mesure fait partie de deux projets de directive européenne pour lutter contre le blanchiment d'argent. Une nouvelle loi qui renforce les obligations des sociétés, notamment "de vigilance à l’égard de la clientèle", mais qui étendra aussi ces règles au secteur des jeux d'argent et de hasard, " alors que seuls les casinos relevaient de l’ancienne directive".

L'euro, une monnaie à hauts risques.  "L'euro n'est pas la monnaie la plus touchée par le blanchiment", décrypte pour Europe1.fr Eric Vernier, spécialiste du blanchiment d'argent. "Mais il est vrai que c'est la plus pratique pour le transport en valises car elle compte des grosses coupures. C'était déjà le cas avec le Deutsch Mark et c'était facilité par le fait que les Allemands paient beaucoup en liquide."

"Une monnaie commune à 17 pays et à 330 millions de personnes est une cible attrayante pour les criminels, nous devons donc faire en sorte que le crime ne paie pas", a souligné Algirdas Semeta, commissaire chargé de la lutte antifraude. "L'euro est la deuxième monnaie la plus importante au monde et nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour assurer qu'il cesse d'être la cible de criminels", a de son côté affirmé la commissaire européenne chargée de la Justice, Viviane Reding.