56% des Français contre la disparition de l'euro

  • A
  • A
56% des Français contre la disparition de l'euro
@ REUTERS
Partagez sur :

CONTRE COURANT - Les Français sont majoritairement opposés à un retour au franc… particulièrement ceux qui ont bien connu cette monnaie.

La campagne pour les élections européennes débute et les partis eurosceptiques affutent leurs armes, prêts à faire leur entrée en force à Strasbourg. Pourtant, les Français ne voient pas d’un si mauvais œil la monnaie européenne tant décriée, selon un sondage OpinionWay. Plus de la moitié d’entre eux (56%) est opposée à la disparition de l'euro et au retour au franc.

L’euro, une monnaie qui plaît toujours. A la question "seriez-vous favorable ou opposé à la disparition de l'euro et au retour au franc ?", 56% des personnes interrogées se disent "opposées" pour 26% "favorables". 18% des sondés se disent "indifférents". Les personnes de 65 ans et plus sont les plus opposées à 70%.

L’Union européenne est une bonne chose. Autre enseignement, 44% des Français pensent que l'appartenance de la France à l'Union européenne "est une bonne chose".  Seulement 23% pensent que c'est une "mauvaise chose" et 33% estiment que c'est une "choses ni bonne ni mauvaise".

Mais les élections européennes n’intéressent pas. Dans le même sondage, 64% des personnes interrogées avouent un désintérêt pour la campagne des élections européennes - 42% sont peu intéressées et 22% pas du tout. Ils sont 72% des 35-49 ans à ne pas être intéressés du tout. 36% des sondés trouve un intérêt à la campagne, 9% se disant même "très intéressés" et 27% "assez intéressés".

Sondage réalisé en ligne du 23 au 25 avril auprès d'un échantillon de 1.830 personnes inscrites sur les listes électorales, issu d'un échantillon de 1.998 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

CROISSANCE - Le Haut conseil des finances publiques plutôt optimiste

ZOOM - Comment Bruxelles va contrôler nos 3% ?

AVANT-PREMIERE - Simplifcation : 50 mesures pour les entreprises

REACTIONS - Montebourg à l'Economie : qu'en pense Bruxelles ?