350.000 agriculteurs touchent deux fois la PAC

  • A
  • A
350.000 agriculteurs touchent deux fois la PAC
Le Crédit agricole a pour rôle de distribuer le aides de la PAC.@ MAXPPP
Partagez sur :

OUPS - Un bug du système informatique du Crédit Agricole a versé 3,4 milliards d’euros de trop.

L’INFO. La banque Crédit Agricole, touchée par un énorme incident informatique, a récemment versé des primes de la Politique agricole commune (PAC) doublées à 350.000 agriculteurs, soit un total de 3,4 milliards d'euros en trop, a rapporté le Journal du dimanche.

Crédit Agricole en charge. Les aides de l'Europe dans le cadre de la politique agricole commune sont versées par le ministère de l'Agriculture via le Crédit agricole. "Au total 3,4 milliards d'euros leur ont été virés en trop, soit en moyenne des transferts de 20.000 euros chacun au lieu de 10.000 euros", précise le journal.

Selon le JDD, "la banque reste floue sur les causes réelles de l'incident", mais il indique toutefois qu'une "erreur technique a été aggravée selon une source interne, par une défaillance humaine au sein de la filiale Crédit agricole Technologies".

Problème réglé. Le Crédit agricole a indiqué dans une déclaration que "les incidents techniques concernés ont été identifiés et analysés et que les mesures ont été prises afin d'éviter que de telles situations ne puissent se reproduire".

"L'origine de ces incidents est strictement technique et non humaine", et ils sont aujourd'hui "résolus", a ajouté la banque. "Environ 90% des opérations avaient été régularisées vendredi soir", avait souligné pour sa part le JDD.

Pas une première. Par ailleurs, le 27 novembre "le même type d'incident avait déjà eu lieu", selon le journal. "Un prestataire du Crédit agricole d'Ile-de-France a viré en double les salaires de 8.000 salariés de France Télévisions. Au total, 94 millions d'euros ont été versés au lieu de 47 millions. Le bug a été résolu en quelques jours", assure le journal.

Le Crédit agricole a tenu à démentir "tout lien entre les deux incidents rapportés", et rappelle au passage qu'il "traite quotidiennement des millions d'opérations similaires dans de bonnes conditions".